Cyberviolence

La cyberviolence est une forme d’agression et selon la façon dont elle est effectuée, elle peut devenir un crime. Peu importe qui je suis et ce que je fais, je peux en être victime.

L’Université de Sherbrooke prend toute situation de harcèlement bien au sérieux, incluant celles commises par un moyen technologique tel que décrit dans la Politique sur la promotion des droits fondamentaux des personnes et la prévention de toute forme de harcèlement et de discrimination et la Politique visant à prévenir et combattre les violences à caractère sexuel, soutenues par l’Équipe conseil en matière de respect des personnes.

Ce que vous devez savoir...

La cyberviolence, parfois appelée « cyberharcèlement » ou « cyberintimidation », est une forme de violence, incluant les manifestations de nature sexuelle qui se déroulent dans un espace virtuel. Elle vise notamment à humilier, à exercer du chantage, à propager des rumeurs, des insultes, des menaces, des paroles d’intimidation, des propos diffamatoires, des discours haineux, etc.

Scénario plausible

À titre d’exemple probable et pouvant comporter un impact important, le scénario où vous écrivez un blogue sur un artiste qui vous tient particulièrement à cœur. Il s’ensuit la séquence hypothétique suivante :

  1. Une personne qui n’apprécie pas cet artiste répond sur votre blogue en vous invectivant.
  2. Vous découvrez que cette même personne a relayé l’adresse de votre blogue et vos commentaires sur les réseaux sociaux.
  3. Des centaines de réponses sont alors publiées sur votre blogue, et ce, par différentes personnes que vous ne connaissez pas. Ces commentaires deviennent de plus en plus personnels.
  4. Vous découvrez qu’un des commentaires indique votre adresse personnelle.
  5. Pour vous protéger, vous détruisez la page du blogue. Cependant, les discussions continuent sur les réseaux sociaux.

Que ce soit par courriel, message texte ou bien sur les réseaux sociaux, sites de clavardage, jeux vidéo, ces phénomènes surviennent sur le cyberespace à tout moment.

Les sections ci-dessous présentent notamment les caractéristiques de la cyberviolence, ses effets, comment la prévenir et réagir si cela se produit, ce qui est attendu par la Directive relative à l'utilisation, à la gestion et à la sécurité des actifs informationnels ainsi que les formations qui me sont rendues accessibles par l’Université.

Caractéristiques

Voici les principales caractéristiques liées à la cyberviolence selon le ministère de la Sécurité publique. 

1. Accessibilité

L’accessibilité au réseau Internet en tout temps permet de joindre les victimes n’importe où, n’importe quand, et ce, même dans leur intimité. Les effets sur la victime sont alors multipliés dans l’espace et dans le temps.

Bref, dans Internet, les actes d’intimidation et de harcèlement sont instantanés, rapides, reproductibles et peuvent être réalisés de façon anonyme.

2. Sentiment d’anonymat

Internet procure aux utilisateurs un sentiment d’anonymat leur permettant de réaliser des choses qu’ils ne feraient pas autrement. Ce contexte d’anonymat amène ces personnes à lever leurs inhibitions. Par exemple, ils envoient des courriels et des messages textes insultants ou encore créent de faux sites sans prendre conscience que les gestes peuvent être retracés.

3. Pérennité de l'information

Le domaine en ligne a un public potentiellement énorme, presque illimité. Il permet de diffuser de l’information très rapidement et ce, à grande échelle. Lorsqu’un texte ou une image est versé dans Internet, plusieurs personnes sont en mesure de télécharger le contenu, de le lire ou le regarder.

L’information circule alors sur plusieurs ordinateurs et il devient impossible de reprendre le contrôle du contenu. Le préjudice envers les victimes est alors prolongé puisque l’information survit indéfiniment en étant continuellement téléchargée et partagée.

La mise en circulation d’une photo embarrassante ou d’une fausse rumeur à propos de quelqu’un peut alors atteindre une quantité illimitée de personnes et ainsi prendre des dimensions incontrôlables.

4. Absence d'empathie

La nature même du réseau Internet empêche le développement d’un sentiment d’empathie envers les victimes puisqu’il n’existe pas de lien direct entre l’intimidateur ou l’agresseur et sa victime. On ne perçoit pas les réactions des gens, ce qu’ils ressentent.

Tout le monde autour de nous peut être touché par la cyberviolence: camarade de classe, des collègues de travail, un ex-conjoint ou conjointe, un membre de votre famille et vous-même. Cette forme de violence peut arriver en tout temps et les conséquences peuvent être très graves. 

Référence : Direction de la prévention et du soutien, Ministère de la Sécurité publique : La cyberintimidation et le cyberharcèlement, décembre 2009.

Effets

La cyberviolence peut être très néfaste pour la santé des personnes qui la subissent, notamment : 

  • Difficulté de concentration
  • Colère
  • Faible estime de soi
  • Stress 
  • Isolement 
  • Anxiété
  • Troubles alimentaires 
  • Dépression 
  • Suicide

Prévention

Les conseils de prévention qui suivent sont spécifiques à l’Université de Sherbrooke, bien qu’ils puissent être généralisés. Ainsi, vous devriez toujours :

  • Protéger vos mots de passes;
  • Éviter la réutilisation des mots de passe et des questions secrètes. Pour vous soutenir, favoriser l’utilisation d’un gestionnaire de mots de passe;
  • Réfléchir avant d’écrire quelque chose sur une plateforme Web;
  • Éviter l'utilisation de polices de caractères non conventionnelles (ex.: texte en gras, majuscules, etc.);
  • Éviter de répondre de façon impulsive sous le coup de l'émotion. 

Réaction

Si vous êtes victime de cyberviolence, il est fondamental de :

  • Parler à une personne de confiance; 
  • Rompre tout contact avec l’auteur de cette cyberviolence;
  • Bloquer et faire retirer les messages, les images, les vidéos ou les enregistrements audios de votre agresseur et ne jamais y répondre;
  • Enregistrer les messages pour les garder en preuve;
  • Alerter la police si l’intégrité de votre personne est menacée.

Vous êtes témoin d’un commentaire préjudiciable dans une discussion de groupe, voici quelques pistes d'action :

  • Adresser directement la déclaration nuisible et corriger les fausses informations;
  • Communiquer directement avec la personne affectée par le commentaire préjudiciable dans le groupe de discussion et lui suggérer des ressources; 
  • Si possible, envoyer un message en privé à la personne qui a fait le commentaire préjudiciable pour qu’elle corrige ou questionne son comportement.

Directive de l'Université

La  Directive relative à l’utilisation, à la gestion et à la sécurité des actifs informationnels stipule qu’il est interdit de...

  • utiliser un actif informationnel à des fins autres que celles explicitement autorisées par l’Université, incluant une utilisation illicite, illégale, abusive, non respectueuse, malveillante ou nuisible;
  • falsifier son identité;
  • usurper l’identité d’une autre personne, d’un groupe ou d’une organisation;
  • créer ou diffuser un message ou du matériel utilisant un langage injurieux, irrespectueux, déloyal, obscène, malveillant, haineux ou discriminatoire, ainsi que toute forme de harcèlement, de menace, de diffamation ou de violence à caractère sexuel.

Au niveau de l’utilisation des actifs informationnels, évitez de :

  • Partager vos mots de passe, vos jetons numériques et les autres moyens d’authentification pour accéder à un actif informationnel de l’Université, selon la section « 5.3 Sécurité de l’identifiant et de l’authentifiant »;
  • Propager de fausses nouvelles concernant l’Université ou à l’égard d’un membre de la communauté universitaire, selon la section « 5.8 Médias sociaux ».

Au niveau de l’utilisation des actifs informationnels, vous devez :

  • Communiquer avec honnêteté, probité, et prudence afin d’éviter de causer des préjudices à un autre membre de la communauté universitaire ou à l’Université, selon la section « 5.8 Médias sociaux ».

Ressources d'aide

Si la situation survient ou est reliée à l'Université, plusieurs ressources d'aide sont disponibles selon votre profil. Si vous vous sentez en danger, n'hésitez pas à appeler le Service de sécurité

Membres du personnel 
Membres de la communauté étudiante 

Si la situation n'est pas reliée à l'Université, vous pouvez obtenir de l’aide auprès des ressources externes suivantes :

Formation

Pour renforcer vos connaissances sur le piratage, l’Université vous offre la formation « Réseaux sociaux » d’une durée de 5 minutes qui permet de :

  • comprendre la confidentialité de l’information et les questions de propriété de l’information inhérentes à l’utilisation des réseaux sociaux;
  • être informé des menaces potentielles constituées par les fraudeurs et les cybercriminels;
  • appliquer les bonnes pratiques.

Suivre la formation