Le chou

Cette plante, de la famille des crucifères, se cultive sous différentes variétés telles que le chou, le chou blanc, le chou vert, le chou rouge, le chou pommé, les choux de Bruxelles, le chou cavalier, le brocoli, le chou-fleur, etc.

Toutes ces variétés de choux sont caractérisées par la présence d’une fleur à quatre pétales disposés en forme de croix (d’où le nom crucifères). Selon le type de chou, on retrouve une saveur plus ou moins piquante, saveur attribuable à une substance soufrée (essence de moutarde).

Vous aimerez le chou, car il...

  • est facile à cultiver (il a une grande capacité d’adaptation au froid);
  • est faible en calories;
  • est économique et facile à apprêter;
  • contient des antioxydants (composés phénoliques) qui protègent les cellules du corps des dommages produits par les radicaux libres à l’origine du développement de plusieurs maladies;
  • diminue les risques de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement;
  • contient des glucosinolates qui contribueraient à limiter le développement du cancer lorsque transformés en isothiocyanates (lors de la mastication)
  • contient de la vitamine K (nécessaire à la fabrication de protéines qui contribuent à la coagulation du sang et aide à la formation des os);
  • contient du fer (essentiel pour le transport de l’oxygène et pour la formation des globules rouges – consommé avec la vitamine C l’absorption du fer des végétaux est favorisée);
  • contient du manganèse (intervient dans différents processus métaboliques et contribue à la prévention des dommages causés par les radicaux libres);
  • contient de la vitamine B1 (que l’on appelle aussi thiamine, contribue à la production d’énergie à partir des glucides consommés, aide à la transmission de l’influx nerveux et contribue à une croissance normale);
  • contient de la vitamine B6 (que l’on appelle aussi pyridoxine, participe au métabolisme des protéines et des acides gras aminés, contribue à la fabrication des neurotransmetteurs ainsi qu’à la fabrication des globules rouges tout en leur permettant de transporter davantage d’oxygène, participe à la transformation du glycogène en glucose et aide au fonctionnement normal du système immunitaire);
  • contient de la vitamine C (a des propriétés antioxydantes, aide à la santé des dents, des gencives, des os et du cartilage, accélère la cicatrisation, protège contre les infections et favorise l’absorption du fer des végétaux);
  • contient de l’acide folique (que l’on appelle aussi vitamine B9, aide à la fabrication des cellules du corps et à la production du matériel génétique – une consommation suffisante est donc primordiale pour la croissance et le développement du fœtus);
  • a des propriétés antidiarrhéique, antibiotique, reminéralisante, etc.

Comment le consommer

Le chou peut être consommé de plusieurs façons :

  • cru (râpé ou coupé, en salade);
  • cuit (à la vapeur, à l’étouffée, braisé, sauté, farci, dans les soupes et les ragoûts;
  • fermenté (choucroute).

Achat et conservation

Comment le choisir :

  • lourd et compact;
  • feuilles brillantes, croustillantes et colorées.

* Éviter :

  • feuilles tachetées, craquées ou meurtries.

Comment le conserver :

  • au réfrigérateur (environ deux semaines, dans un sac de plastique perforé);
  • au congélateur (blanchir le chou râpé pendant 1 minute et le chou coupé en pointes pendant 2 minutes), la texture du chou ramollit en décongelant, le chou peut être déshydraté;
  • à l’air ambiant (dans une chambre froide ayant un taux d’humidité de 90 à 95 % et une température près du point de congélation et ne dépassant pas 3 °C).

Conseils pratiques

  • Se servir d’un couteau en acier inoxydable pour couper le chou afin de prévenir la décoloration du chou rouge.
  • Faire cuire le chou rouge dans très peu d’eau avec quelques gouttes de vinaigre ou de jus de citron afin qu’il garde sa couleur.
  • Éviter de trop cuire le chou, car il dégage une odeur sulfureuse lorsque trop cuit.
  • Utiliser le cœur du chou (trognon) en l’éminçant finement ou en l’utilisant pour faire un bouillon, afin d’en retirer tous les nutriments.

Précautions

  • Les gens sous anticoagulothérapie doivent avoir un apport alimentaire stable en vitamine K quotidiennement, il leur est donc recommandé de consulter un médecin ou une nutritionniste pour connaître toutes les sources alimentaires de vitamine K et maintenir un apport quotidien stable.
  • Les gens souffrant du syndrome de l’intestin irritable peuvent ressentir des désagréments lorsqu’ils consomment le chou (douleurs abdominales, diarrhée, ballonnements).
  • Les légumes crucifères contiennent des indoles, composés pouvant diminuer l’action de certains médicaments tels que ceux contenant de l’acétaminophène ou combinant un mélange d’ingrédients actifs. Il est recommandé de vérifier auprès d’un pharmacien si la médication utilisée peut être diminuée par le chou.

Source

  • Fontaine, R. (2007). La guérison dans votre assiette. Les Éditions Cardinal. p. 79-81.