Le cancer du sein et les habitudes de vie

Le cancer du sein est l’une des formes touchant le plus de femmes au Canada. Au début 2011, on estimait que plus de 23 000 femmes en seraient atteintes et plus de 5000 en mourront. On estime qu’une femme sur neuf risque de contracter cette maladie et qu’une sur 29 en mourra.

Les hommes, bien que beaucoup moins touchés, ne sont pas à l’abri du cancer du sein. On estimait qu’en 2011, 190 Canadiens en seraient atteints et que 55 en mourraient.

Tout est loin d’être sombre, toutefois et il y a lieu de se réjouir de certaines statistiques. En effet, le taux de survie chez la femme est de 88 % et chez l’homme, de 79 %. De plus, si l’incidence d’apparition de ce cancer a augmenté, c’est parce que les techniques et le nombre de dépistages ont augmenté, ce qui favorise une hausse du taux de survie.

Il est par ailleurs connu depuis longtemps que certaines actions reliées aux saines habitudes de vie ont de puissants effets dans la prévention de ce cancer, ainsi que dans l’amélioration de la qualité de vie durant et après un combat contre le cancer.

Nutrition et cancer du sein 

Notre alimentation a beaucoup à voir dans la lutte contre les différentes formes de cancer, incluant le cancer du sein.

Le maintien d’un poids santé est un facteur-clé dans la prévention du cancer du sein. Il passe par un apport calorique contrôlé. Méfiez-vous donc des aliments offrant des apports caloriques élevés.

La viande rouge

La consommation de viande rouge et de charcuterie, sans être à proscrire, gagne à être modérée, moins de 500 grammes par jour. On peut remplacer la viande rouge par de la viande de volaille, des sources de protéines végétales (soja, légumineuses...) ou du poisson. Les gras oméga-3 contenus dans le poisson ont un effet préventif reconnu contre le cancer du sein et d’autres formes de cancer.

Dans la même veine, les régimes plus faibles en gras ont démontré leur effet dans la lutte contre cette forme de cancer. Il semblerait que de remplacer ces gras par des gras végétaux et des gras Oméga 3 et 6 serait plus efficaces encore

Les fruits et légumes n’auraient pas d’effet direct sur la prévention du cancer du sein. Ils offrent toutefois d’importants bénéfices dans la lutte contre d’autres troubles de la santé, pourquoi alors s’en priver?

Méfiez-vous du sel!

Il est recommandé de limiter son apport quotidien en sel à moins de 2,4 grammes par jour. Un bon truc : ne salez simplement pas les aliments que vous consommez, car de façon générale, ceux-ci sont déjà salés avant leur mise en marché.

Pourquoi ne pas essayer de remplacer le sel par différentes épices? Essayez et goûtez, découvrez celles que vous aimez!

Limiter sa consommation d’alcool serait également un élément important de la prévention des cancers.

Ces conseils valent évidemment pour d’autres formes de cancer, ainsi que pour plusieurs autres maladies.

Activité physique et cancer du sein

L’effet préventif de l’activité physique sur le cancer varie en fonction du type de cancer. Dans le cas du cancer du sein, son effet est bien démontré et diminue jusqu’à 40 % le risque de contracter ce cancer.

L’activité physique permet par ailleurs le maintien d’un poids santé, qui favorise également la prévention du cancer du sein.

Attention! Il ne s’agit pas du tout de se lancer dans un entraînement de marathonien ou de s’inscrire à contrecœur dans la salle de musculation! Marcher 30 minutes 3 à 4 fois par semaine pour découvrir les quartiers de la ville est déjà un grand pas vers l’avant.

Puissant allié

Il est également montré que l’activité physique est un allié puissant pendant le combat contre les cancers en général.

Dans le cas du cancer du sein, une initiative toute particulière est née à la section estrienne de la Fondation Québécoise du Cancer. Des ateliers montés et offerts par des kinésiologues, professionnels de l’activité physique, sont offerts afin de lutter contre un effet secondaire ciblé du cancer du sein, le lymphoedème (qui consiste en une enflure d’un bras suite aux traitements du cancer du sein).

Bénéfices de l'activité physique

Outre son effet préventif certain, plusieurs bénéfices de l’activité physique en lien avec le cancer méritent qu’on s’y attarde.

  • L’augmentation de la qualité du sommeil, ce qui favorise une meilleure récupération durant un combat contre le cancer;
  • L’augmentation de la sensation de bien-être;
  • La diminution des effets secondaires néfastes des traitements anti cancer;
  • L’amélioration nette de la qualité de vie et du sentiment de mieux-être chez les personnes ayant déjà été aux prises avec lun cancer.

Allaitement et cancer du sein

Saviez-vous qu’allaiter ses enfants durant au moins les 6 premiers mois suivant sa naissance serait un moyen fort efficace de prévenir le cancer du sein?

Finalement, il ne faut pas oublier que les effets de ces habitudes ne sont pas restreints au cancer, encore moins au cancer du sein! Elles favorisent une meilleure santé, mais doivent aussi vous procurer un mieux-être et du plaisir! C’est pourquoi il ne faut pas avoir peur d’expérimenter pour trouver ce que vous aimez!

Sources