La dépression saisonnière

La dépression saisonnière est une dépression liée au manque de lumière naturelle qui apparaît au même moment chaque année soit en automne ou en hiver jusqu’au printemps suivant, pendant au moins 2 années consécutives. Lors de ces périodes, les journées sont courtes et la luminosité est moins intense. Plus on s’éloigne de l'équateur, plus le nombre de gens atteints augmente, car le nombre d’heures d’ensoleillement change davantage au cours de l’année.

Un coup dur pour l’horloge biologique!

La lumière jouerait un rôle important dans la régulation de l’horloge biologique interne. Cette horloge contrôle plusieurs fonctions du corps en suivant des cadences bien précises, tels que les cycles d’éveil et de sommeil et la sécrétion d’hormones. En constatant l’impact positif que l’exposition à la lumière artificielle procure aux personnes souffrant de symptômes dépressifs, les psychiatres ont pu prouver le rôle que joue la lumière sur l’horloge biologique interne et sur l’humeur.

Symptômes d’une dépression saisonnière

La plupart des gens atteint d’une dépression hivernale souffrent d’un manque d’énergie et ont un moral plus délicat. Certains individus vivent ce phénomène plus intensément. Atteints d’une véritable dépression saisonnière, ils peuvent avoir de la difficulté à mener leurs activités. La majorité des personnes atteintes est des femmes. Les enfants et les adolescents sont rarement touchés. Tout comme la dépression classique, les symptômes de dépression saisonnière peuvent s’aggraver au point de conduire vers des idées suicidaires.

Globalement, les symptômes d’une dépression saisonnière sont :

  • un état de fatigue chronique,
  • la somnolence durant le jour,
  • une irritabilité ou une tristesse,
  • un manque d’intérêt en général,
  • un manque d’initiative,
  • un degré plus élevé de stress,
  • un besoin accru de sommeil,
  • une baisse de productivité aux études ou au travail,
  • une baisse de libido,
  • une tendance à s’isoler.

Ces symptômes surviennent toujours à la même période de l’année et disparaissaient progressivement au printemps ou subitement lors d’un voyage sous le soleil.

Tout le monde est à risque?

Les personnes les plus à risque de développer une dépression saisonnière sont celles dont un membre de la famille a déjà souffert d’une telle dépression. Évidemment, chaque individu est différent et ne réagit pas de la même façon.

Mieux vaut prévenir que guérir!

Il est possible de prévenir cette dépression grâce à quelques mesures préventives de base.

Par exemple :

  • prendre des bains de lumière naturelle en prenant l’air au moins 1h par jour ou un peu plus longtemps,
  • laisser pénétrer le maximum de lumière solaire à l’intérieur de votre domicile (On ouvre les rideaux!),
  • faire de l’exercice physique est aussi conseillé si pratiqué à l’extérieur, à la lumière du jour. Cette alternative ajoute une touche de plaisir en plus d’être bonne pour votre santé,
  • surveiller son alimentation,
  • demander de l’aide à son entourage (amis, famille, collègues, etc),
  • s’initier à la luminothérapie est aussi une mesure préventive particulièrement efficace et de plus en plus populaire pour contrer les symptômes de la dépression saisonnière,
  • avoir recours à des antidépresseurs peut aussi être une alternative lorsque les symptômes s’avèrent prononcés. Ils peuvent être employés seuls ou avec la luminothérapie,
  • consulter un psychologue ou un psychothérapeute pour aider à surmonter la dépression saisonnière en travaillant sur leurs comportements et sur leurs attitudes.

Le plus important : Prenez du temps pour vous!

Références

Passeportsanté