Violence à caractère sexuel

La violence à caractère sexuel constitue un problème important et elle n’est pas tolérée à l'Université de Sherbrooke. Elle touche principalement les femmes, bien que les hommes peuvent aussi en être victimes.

Les VACS se définissent comme « toute forme de violence commise par le biais de pratiques sexuelles ou en ciblant la sexualité, dont l’agression sexuelle. Cette notion s’entend également de toute autre inconduite qui se manifeste notamment par des gestes, paroles, comportements ou attitudes à connotation sexuelle non désirés, incluant celle relative aux diversités sexuelles ou de genre, exprimés directement ou indirectement, y compris par un moyen technologique ».

Les VACS se définissent également comme des actes à caractère sexuel commis par une personne envers une autre personne sans son consentement libre et éclairé ou à l’endroit d’une personne incapable de consentir ou de refuser l’acte sexuel. Les VACS incluent aussi les cas où une personne en force une autre à un acte sexuel envers une troisième personne.

Les VACS incluent les expériences sexuelles non désirées sans contact, notamment :

  • l’exposition à des scènes sexuelles (pornographie, exhibitionnisme) ou à des photos de nature sexuelle (prises ou envoyées par voie électronique ou non);
  • à des blagues, des commentaires ou des questions à connotation sexuelle (transmis par voie électronique ou non) notamment sur l’identité sexuelle ou de genre, sur l’orientation sexuelle et sur les organes génitaux;
  • la circulation de rumeurs sur la sexualité d’une personne;
  • les invitations répétées à des contacts sexuels. Les VACS incluent également les contacts sexuels non désirés même s’ils ne comportent pas de pénétration (comme les baisers ou les touchers non désirés). Elles incluent également les pénétrations de toute nature et les tentatives de pénétration. Par ailleurs, sont également considérées comme des VACS les pressions verbales, l’intimidation ou les abus d’autorité commis sous l’influence d’alcool ou de drogue, et peuvent inclure l’emploi de la force, sans égard au fait que la personne touchée par une situation de VACS soit apte ou non à consentir.