Respectez vos limites personnelles

À titre de collègue ou de confident, il arrive qu’on se retrouve malgré soi pris dans une situation tendue qui nous interpelle ou nous bouleverse. Même si vous n’êtes pas directement impliqué dans un conflit ou que vous êtes témoin d’un comportement vexatoire ou violent qui n’est pas dirigé contre vous, la situation peut tout de même avoir un fort impact sur vous au plan émotif.

Par exemple, il est possible que vous viviez un sentiment d’impuissance à ne pouvoir intervenir efficacement pour dénouer le conflit, un sentiment de colère face à l’agresseur, un sentiment de crainte ou de tristesse face à une victime d’agression ou un sentiment d’impatience face à la personne qui viendrait trop fréquemment discuter de ce problème dans votre bureau.

Dans ces situations, il est important de déterminer vos limites personnelles et de les faire respecter.  

  • Évitez de prendre le problème sur vos épaules.
  • Rappelez-vous que vous serez davantage en mesure d’aider si vous restez calme et objectif.
  • Face à une personne qui revient souvent sur les mêmes thèmes, amenez-la par vos questions et suggestions à trouver des solutions constructives et à les mettre en action. N’hésitez pas également à clarifier vos limites avec cette personne, en mentionnant, par exemple, votre malaise à entendre parler négativement d’un ou d’une collègue. L’idée est d’éviter de vous sentir coincé entre deux individus ou de ressentir une pression à choisir un camp.
  • En bout de ligne, référez la personne aux ressources appropriées si vous sentez que le problème dépasse vos compétences ou votre disponibilité.
  • Et si vous sentez qu’une situation vous affecte beaucoup, n’hésitez pas à chercher de l’aide au besoin.