Je suis un confident ou un camarade de classe

Quand un conflit ou un incident se produit dans le milieu d’études ou de travail, il arrive qu'une des parties impliquées ressente le besoin de se confier et d'en parler à quelqu'un. La personne peut décider d'en parler à des personnes-ressources dont c'est le rôle à l'Université d'intervenir dans de telles situations. Mais elle peut aussi se tourner vers une autre personne en qui elle a confiance.

Si on sollicite votre aide comme confident, il est important de ne pas alimenter les tensions en vous assurant de soutenir de façon constructive la personne qui vit un conflit :

  • Ne prenez pas position, demeurez neutre. Ne cherchez pas qui a tort ou raison ;
  • Évitez de juger ou de réagir émotivement ;
  • Soyez discret et respectez une stricte confidentialité. Il n’est pas approprié d’aller ensuite blâmer publiquement quelqu’un ou de laisser courir des rumeurs; 
  • Démontrez de l’empathie et de l’écoute pour permettre à la personne qui se confie de prendre un recul ;
  • Résistez à la tentation de jouer le rôle de sauveur car vous risquez d’envenimer le conflit. Rappelez-vous qu’il y a toujours deux côtés à une médaille;
  • Respectez vos limites personnelles quant au temps, à l’énergie et à votre compétence pour écouter et supporter la personne. Vous êtes dans une relation d’aide et non dans une relation thérapeutique ;
  • Invitez la personne à considérer des solutions constructives, par exemple : 

Si la personne qui se confie à vous vit une situation qui peut s’apparenter à du harcèlement ou de l’intimidation, rappelez-lui qu’elle n’a pas à accepter cette situation. Suggérez-lui de rencontrer une personne en autorité en qui elle a confiance ou d’entrer en contact avec un des intervenants prévus par la Politique sur la promotion de la dignité des personnes et la prévention de toute forme de harcèlement et de discrimination afin de lui parler de cette situation.