Pour une Saint-Valentin écoresponsable

Caroline Boivin, professeure au Département de marketing de l'École de gestion

Chocolats, cadeaux et surprises, sortie au restaurant… La Saint-Valentin fait dépenser. Comme Noël, elle est d’ailleurs souvent décriée comme une célébration de la consommation, axée sur la dépense plus que sur l’événement à souligner et les valeurs qui le sous-tendent.

Entretien avec Caroline Boivin, professeure à l’École de gestion. Le marketing vert et la consommation responsable sont au cœur des recherches de madame Boivin.

Existe-t-il des options écoresponsables pour célébrer la Saint-Valentin?

Si vous ressentez un élan écoresponsable à l’approche de la fête des amoureux, sachez qu’il y a de plus en plus de possibilités pour réduire votre empreinte environnementale à l’occasion de la Saint-Valentin.

Évidemment, le premier réflexe peut être de vous attaquer directement à la source en préconisant une réduction des cadeaux, que vous remplacerez par des options plus immatérielles et moins dommageables pour l’environnement, comme une soirée de spectacle ou une sortie au cinéma.

Préférez-vous cuisiner un souper romantique pour votre tendre moitié? Ce geste peut faire une énorme différence si vous évitez la viande rouge, dont l’impact environnemental est majeur. Pourquoi ne pas en profiter pour essayer une recette végétarienne? Pour les moins aventuriers, privilégier les produits alimentaires locaux, biologiques ou issus du commerce équitable sont des pas dans la bonne direction. Pas envie de cuisiner? Choisissez un restaurant dont c’est la spécialité.

Si vous offrez le classique chocolat, optez pour du chocolat biologique ou équitable, qui vous assure que les travailleurs impliqués ont droit à un juste traitement. Par ailleurs, plusieurs chocolats sont fabriqués au Québec. Par leur achat, vous appuyez l’économie locale et limitez les émissions liées au transport. Si vous souhaitez adopter l’autre grand classique, celui des fleurs, Équiterre vous recommande les fleurs ou les plantes en pots. Leur durée de vie est plus longue que celle des fleurs coupées. Et, si vous recevez ces dernières, déposez-les dans votre bac à compost quand elles sont fanées. Elles contribueront ainsi à en faire pousser d’autres l’an prochain!

Pour offrir des produits de beauté, choisissez une version plus écologique. De plus en plus de marques affichent l’utilisation d’ingrédients naturels. Certaines évitent les ingrédients d’origine animale et les tests de produits sur les animaux… et ce, que ce soit dans les marques haut de gamme ou les marques plus abordables! Une autre possibilité est de donner des accessoires de mode faits à partir de matériaux recyclés, comme des sacs à main ou des bijoux.

Réduisez l’emballage des cadeaux ou – pourquoi pas? – réutilisez celui de l’an dernier! Privilégiez les matériaux que vous pourrez déposer dans le bas de récupération quand ils auront atteint leur fin de vie.

Le plus important à retenir, c’est que l’écoresponsabilité se décline de différentes manières. Il y en a pour tous les goûts, et il est possible de faire des choix selon la cause qui vous tient le plus à cœur.

Peut-on tout de même se faire plaisir sans se sentir coupables?

Plusieurs associent options écoresponsables et compromis, voire sacrifices. En voilà un mythe à déboulonner!

En effet, de nombreux produits moins nocifs pour l’environnement génèrent des bénéfices pour les consommateurs. Par exemple, les produits biologiques sont perçus comme étant meilleurs pour la santé. Les produits portant le sceau « issus du commerce équitable » sont souvent associés à une qualité accrue. Et pensez à la paix d’esprit que vous ressentirez en offrant des cadeaux faits de matières recyclées. De plus, ces pièces sont souvent uniques, ce qui vous assure de l’originalité de votre présent.

Des entreprises vous proposent aussi l’occasion de soutenir des causes sociales. C’est le cas de TOMS, dont les souliers ne manquent pas de style.

Comment rendre les options écoresponsables attrayantes pour les consommateurs?

Le rôle du marketing est de bien comprendre les consommateurs, d’identifier ce qui les motive et ce qui les rebute par rapport aux options écoresponsables. Il doit ensuite élaborer des stratégies de mise en marché adaptées.

Pour faire en sorte que les options soient attirantes pour les consommateurs, il faut chercher les situations dont tout le monde sort gagnant : gagnant pour l’environnement et la société, certes, mais aussi gagnant pour les consommateurs! En alliant des bénéfices sociaux à des bénéfices « pour soi », les entreprises maximisent les chances que ces choix plaisent à un plus vaste public.