Chaire de recherche du Canada sur la stigmatisation et le développement psychosocial

Contribuer à mieux comprendre les populations stigmatisées et aider à prévenir la stigmatisation.

Importance de la recherche

Étendre les théories reliées à la stigmatisation, identifier des pistes d’intervention et élaborer des modules de sensibilisation et de formation pour les enseignants et les intervenants.

Titulaire de la chaire

Professeure Alexa Martin-Storey

Chaire de recherche du Canada de niveau 2

Date de début de la chaire : 1er avril 2017

Conseil de recherches en sciences humaines

Consulter la fiche professionnelle d'Alexa Martin-Storey

Comprendre le rôle de la stigmatisation pendant le développement de l'adolescent

À l’adolescence, l’impact du contexte social des jeunes sur leur réussite scolaire s’intensifie de manière substantielle. Si cette intensification est vécue par tous les jeunes, elle représente un défi important pour ceux et celles dont l’identité est stigmatisée.

L’identité stigmatisée est une identité dévalorisée, ce qui peut être lié à l’appartenance à une minorité sexuelle ou ethnique, au fait de vivre dans la pauvreté, de souffrir d’obésité, etc. Cette dévalorisation a de sérieuses conséquences sur l’adaptation sociale, la réussite scolaire et la santé mentale. Autrement dit, les jeunes dont l’identité est stigmatisée sont à risque élevé de vivre des difficultés scolaires et psychosociales.

Alexa Martin-Storey, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la stigmatisation et le développement psychosocial, souhaite comprendre comment la stigmatisation façonne l’adaptation sociale, la réussite scolaire, de même que le bien-être de ces jeunes. En mettant l’accent sur la stigmatisation, Mme Martin-Storey et son équipe adoptent une perspective développementale pour mieux saisir cet impact.

L’une des forces de ce programme de recherche est de porter sur une diversité d’identités stigmatisées, ce qui permet de dégager des principes universels dans les mécanismes qui conduisent à une adaptation sociale et scolaire variable chez les jeunes stigmatisés, ainsi que des spécificités liées à un type d’identité stigmatisée.

Les travaux de Mme Martin-Storey permettront d’aider les jeunes vulnérables, d’étendre et d’ajuster les théories reliées à la stigmatisation, d’identifier des pistes d’intervention et, dans une optique de prévention, d’élaborer des modules de sensibilisation et de formation pour les enseignants et les intervenants