Chaire de recherche du Canada en physiologie respiratoire néonatale

Mieux comprendre, prévenir et prendre en charge les apnées du prématuré, les malaises graves et le syndrome de la mort subite du nourrisson.

Importance de la recherche

Améliorer la prise en charge des problèmes cardiorespiratoires du prématuré et du petit nourrisson.

Titulaire de la chaire

Professeur Jean-Paul Praud

Chaire de recherche du Canada de niveau 1

Date de renouvellement de la chaire : 1er novembre 2016

Instituts de recherche en santé du Canada

Page professionnelle de Jean-Paul Praud

Pour que respire le nouveau-né

Les apnées du prématuré touchent presque tous les prématurés nés avant 28 semaines de gestation et peuvent laisser des séquelles neurologiques. De 1 à 2 pour cent des nourrissons subissent des malaises graves, et le syndrome de la mort subite du nourrisson fait 85 victimes chaque année au Canada.

Jean-Paul Praud, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en physiologie respiratoire néonatale, utilise des modèles ovins néonataux nés à terme et prématurés mimant des pathologies du contrôle cardiorespiratoire rencontrées en clinique chez le nouveau-né et le nourrisson. M. Praud et son équipe de recherche effectuent des analyses complexes de multiples signaux physiologiques enregistrés simultanément, comme la respiration, l’activité cardiaque, les stades de sommeil, la déglutition et les reflux gastro-œsophagiens, afin de comprendre leur implication dans les pathologies néonatales. En parallèle, ils étudient l’inflammation cérébrale et ses conséquences sur le fonctionnement des centres de contrôle cardiorespiratoire du cerveau.

M. Praud étudie un aspect important de la médecine néonatale, qui continue à causer des problèmes quotidiens aux pédiatres. Ses travaux favoriseront une meilleure compréhension des mécanismes en cause et permettront de dépister, de prévenir et de traiter plus efficacement des pathologies cardiorespiratoires parfois dramatiques.