Chaire de recherche du Canada en histoire de l'édition et sociologie du littéraire

Renouveler les approches sociales du fait littéraire dans le monde francophone.

Titulaire de la chaire

Professeur Anthony Glinoer

Chaire de recherche du Canada de niveau 2

Date de début de la chaire : 1er juillet 2016

Conseil de recherches en sciences humaines

Consulter la fiche professionnelle d'Anthony Glinoer

La production collective du littéraire

Comment le texte d’un écrivain devient-il un livre et quelle place ce livre occupe-t-il dans l’univers social? Voilà les questions centrales auxquelles souhaite répondre Anthony Glinoer, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire de l’édition et sociologie du littéraire.

Anthony Glinoer se concentre sur la période allant du 19e au 21e siècle et sur une multiplicité de cultures (Belgique francophone, Québec et France), afin d’étudier deux intermédiaires littéraires cruciaux : les éditeurs et les groupes d’écrivains. Les archives des éditeurs et les représentations de la vie littéraire dans les romans permettent au chercheur d’explorer la dimension collective du littéraire.

En étroite collaboration avec le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke, Anthony Glinoer poursuivra aussi le dialogue entamé de longue date entre les approches sociales de la littérature (sociologie, sociocritique, etc.) et l’histoire du livre et de l’édition. Il enrichira ce dialogue en faisant appel à d’autres perspectives de recherche.

Diverses initiatives seront prises dans le cadre de ces travaux : création de lieux de dialogue entre chercheurs et étudiants, réalisation de glossaires, d’anthologies, d’ouvrages de synthèse à destination d’un large public, en particulier grâce au site ressources-socius.info. Ces réalisations auront un impact considérable sur les professeurs, les chercheurs, les étudiants, les professionnels du livre et sur tous ceux et celles qui, tant au Canada qu’à l’étranger, s’interrogent sur le passé, le présent et l’avenir du fait littéraire.