Chaire de recherche du Canada en écologie microbienne appliquée

Identifier et manipuler les interactions plantes-microbes pour soutenir les fonctions des écosystèmes terrestres comme la résilience aux changements climatiques et la résistance aux maladies foliaires.

Importance de la recherche

Cette recherche permettra le développement d'outils de bio-ingénierie microbienne améliorant la résistance des plantes aux maladies foliaires et réduisant l'utilisation des produits chimiques et antibiotiques.

Titulaire de la chaire

Professeure Isabelle Laforest-Lapointe

Chaire de recherche du Canada de niveau 2

Date de début de la chaire : 1er janvier 2020

Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

Consulter la fiche professionnelle d'Isabelle Laforest-Lapointe

Les microbes des feuilles des arbres au service de la société

Compte tenu de la valeur socioéconomique des arbres et des effets négatifs des produits chimiques agricoles sur la santé de la population humaine, améliorer la résilience des plantes aux changements climatiques et lutter contre les maladies foliaires sont deux priorités de recherche.

Les communautés microbiennes associées aux plantes jouent un rôle clé pour la physiologie, le métabolisme et la coexistence des espèces végétales. Les travaux de Pre Laforest-Lapointe ont démontré que la diversité microbienne des feuilles des arbres influence positivement la productivité des plantes, suggérant que les microbes des feuilles jouent un rôle inattendu dans les fonctions des écosystèmes terrestres (ex : forêts).

La Chaire de recherche du Canada de Pre Laforest-Lapointe propose une exploration unique de la réponse des communautés microbiennes aux changements climatiques, offrant ainsi une identification précise des rôles des interactions plante-microbe pour les fonctions des écosystèmes terrestres dans un climat en changement. L'objectif à long terme est d'identifier et de manipuler les mécanismes par lesquels les interactions plantes-microbes soutiennent les fonctions clés des écosystèmes terrestres comme la résilience aux changements climatiques, la productivité et la résistance aux maladies foliaires.

La bio-ingénierie des interactions hôte-microbe a le potentiel de façonner l'avenir de l'agriculture et de la sylviculture, mais il reste beaucoup à faire pour comprendre et manipuler les processus à l'origine des interactions plante-microbe. Les résultats des travaux de Pre Laforest-Lapointe profiteront aux chercheurs de divers domaines de recherche (ex. microbiologie, biologie végétale), aux producteurs de végétaux (ex : agriculture, sylviculture), ainsi qu'à la santé publique.