Aller au contenu

Traits psychopathiques et adaptation sociale à l’entrée dans l’âge adulte : l’effet modérateur des traits sains

Sommaire

DIRECTRICE/DIRECTEUR DE RECHERCHE
Vincent Bégin, Professeur - Département de psychoéducation
CODIRECTRICE/CODIRECTEUR DE RECHERCHE
Yann Le Corff, Professeur - Département d'orientation professionnelle
UNITÉ(S) ADMINISTRATIVE(S)
Faculté d'éducation
Département de psychoéducation
Département d'orientation professionnelle
CYCLE(S)
2e cycle
3e cycle

Description du projet

Les jeunes adultes qui présentent des niveaux élevés de traits psychopathiques (p.ex., insensibilité, narcissisme, irresponsabilité) sont à risque d’adopter des conduites antisociales et délinquantes susceptibles d’engendrer des difficultés d’adaptation importantes (p.ex., arrestations par la police, détention). Cependant, les résultats d’études antérieures sur la psychopathie à l’âge adulte montrent que ces conduites antisociales et délinquantes ne caractérisent pas toutes les personnes qui présentent de hauts niveaux de traits psychopathiques. Parmi les facteurs qui pourraient moduler le lien entre les traits psychopathiques et l’adaptation sociale ultérieure, les traits de personnalité sains (p.ex., extraversion) pourraient être particulièrement prometteurs. En effet, ceux-ci pourraient protéger la personne des conséquences que sont susceptibles d’engendrer ses traits psychopathiques en lui permettant de mobiliser ces traits à des fins plus adaptées. Le projet de recherche visera à établir les associations entre les traits psychopathiques et les traits sains (selon le modèle des Big Five) et à analyser l’effet modérateur de ces derniers sur l’association entre les traits psychopathiques et l’adaptation sociale de jeunes adultes.

Discipline(s) par secteur

Sciences sociales et humaines

Orientation, information scolaire, Psychoéducation, Psychologie

La dernière mise à jour a été faite le 31 janvier 2022. L’Université se réserve le droit de modifier ses projets sans préavis.