Aller au contenu

Formes de maltraitance subie et développement des traits psychopathiques à l’enfance

Sommaire

DIRECTRICE/DIRECTEUR DE RECHERCHE
Vincent Bégin, Professeur - Département de psychoéducation
CODIRECTRICE/CODIRECTEUR DE RECHERCHE
Geneviève Paquette, Professeure - Département de psychoéducation
UNITÉ(S) ADMINISTRATIVE(S)
Faculté d'éducation
Département de psychoéducation
CYCLE(S)
2e cycle
3e cycle

Description du projet

Les enfants qui présentent des niveaux élevés de traits psychopathiques (p.ex., faible empathie, insensibilité, narcissisme) sont à risque d’éprouver des difficultés de comportement (p.ex., agression, bris de règles) particulièrement sévères et persistantes. D’une part, les théories sur le trauma postulent que la maltraitance subie conduit les enfants à une adaptation de survie marquée par la dysrégulation émotionnelle et une insensibilité de façade qui se cristallise au cours du développement et qui culmine en un manque d’empathie et un faible contrôle de l’impulsivité. D’autre part, les résultats des études qui se sont penchées sur les origines développementales des traits psychopathiques suggèrent que ces traits sont largement tributaires de l’hérédité chez certains enfants alors qu’ils émergeraient et/ou s’exacerberaient à la suite d’expériences intenses d’adversité interpersonnelle, telles que la maltraitance subie en bas âge (p.ex., abus, négligence), chez d’autres. Le profil clinique du sous-groupe d’enfants dont les traits psychopathiques ont émergé ou se sont amplifiés par exposition à des expériences adverses intenses est d’ailleurs particulièrement inquiétant puisqu’en plus des difficultés extériorisées généralement associées aux traits psychopathiques (p.ex., agression, délinquance), ceux-ci seraient à risque de développer des difficultés intériorisées importantes (p.ex., dépression, idéations suicidaires). Cependant, les résultats des études ayant mis en relation les formes de maltraitance subie par les enfants avec le développement de leurs traits psychopathiques ne permettent pas d’établir les impacts spécifiques de différentes formes de maltraitance sur l’évolution de ces traits. Le projet de recherche visera donc à documenter ces impacts spécifiques auprès d'enfants présentant des difficultés de comportement dès l’école primaire à l’aide d’une base de données longitudinales ayant documenté plusieurs facettes de leur développement à différents moments (maltraitance, traits psychopathiques, etc.)

Discipline(s) par secteur

Sciences sociales et humaines

Psychoéducation

La dernière mise à jour a été faite le 31 janvier 2022. L’Université se réserve le droit de modifier ses projets sans préavis.