Aller au contenu

Les fusions (investissement) de pays corrompus à propres

Sommaire

DIRECTRICE/DIRECTEUR DE RECHERCHE
Mohammad Refakar, Professeur - Département de Finance
UNITÉ(S) ADMINISTRATIVE(S)
École de gestion
Département de Finance
CYCLE(S)
2e cycle
3e cycle
LIEU(X)
Campus de Longueuil
Campus de Sherbrooke

Description du projet

La corruption, définie par l'abus de pouvoir public pour des gains privés, contribue largement à la faible croissance économique. Elle entrave les investissements étrangers et joue un grand rôle dans les décisions d'investissement des entreprises. La corruption dans le pays d'accueil augmente le coût d'entrée, réduit les profits et diminue donc les incitatifs des entreprises étrangères à investir dans ce pays. Cependant, les entreprises situées dans des pays corrompus ont d'autres motivations. Ces entreprises sont exposées à la corruption au quotidien et ont appris les techniques organisationnelles et financières nécessaires pour garder les pots-de-vin et les transactions illégales secrètes. Par conséquent, elles prennent part à des activités de recherche de rente, plutôt qu’à des activités concurrentielles, afin de réaliser et maximiser leurs profits. Toutefois, il arrive que des entreprises de pays corrompus acquièrent des entreprises dans des pays propres, bien qu'elles n'aient pas l'expérience nécessaire pour fonctionner dans un environnement propre. Le but de ce projet est d'analyser les facteurs qui influencent la probabilité de fusion transfrontalière des pays corrompus à propres, et d’étudier la performance à court et à long terme de ces fusions.

Discipline(s) par secteur

Sciences sociales et humaines

Finance

Financement offert

À discuter

Partenaire(s)

Chaire de recherche en intégrité financière CIBC

La dernière mise à jour a été faite le 4 octobre 2021. L’Université se réserve le droit de modifier ses projets sans préavis.