Diversité, inégalités sociales et équité à la formation professionnelle

Sommaire

DIRECTRICE/DIRECTEUR DE RECHERCHE
Jo Anni Joncas, Professeure - Département de pédagogie
UNITÉ(S) ADMINISTRATIVE(S)
Faculté des lettres et sciences humaines
Faculté d'éducation
CYCLE(S)
2e cycle
3e cycle
Stage postdoctoral

Description du projet

La diversité sociale est grandissante dans notre société. Cette réalité soulève d’importants défis pour le « vivre-ensemble ». Depuis toujours, l’école doit s’adapter aux réalités sociales et aux besoins de notre société, car elle n’évolue pas en vase clos. Ainsi, parmi ses principaux défis se trouve celui de l’adaptation à la diversité afin d’assurer la réussite de tous.

Pour assurer cette réussite, l’école québécoise à travers ses trois mandats -transmission des savoirs, socialisation à des valeurs communes et qualification professionnelle- doit répondre à la diversité des besoins et des droits des élèves, à travers la diversité de leurs expériences de vie et réalités sociales. Elle doit s’assurer de combattre l’exclusion et la discrimination.

Et cela ne touche pas que le personnel enseignant, car la pratique de tous les personnels scolaires, dont les directions ou les personnes professionnelles, par exemple, doit être adaptée aux besoins des élèves conformément aux référentiels de compétences de ces professions afin d’assurer une éducation inclusive et de lutter contre les différentes formes de discrimination (Charte canadienne des droits et libertés, Charte des droits et libertés de la personne du Québec; UNESCO; etc.).
La formation professionnelle au Québec n’est pas épargnée des enjeux de diversité et d’équité qui les sous-tendent. La formation professionnelle souvent comprise comme un secteur du système d'éducation qui vise à la fois à répondre aux besoins de la société comme la crise de la main-d’œuvre qualifiée (MELS, 2008) ou le décrochage scolaire des moins de vingt ans (MELS, 2007) doit donc aussi faire face à la diversité grandissante de sa population. Et ce milieu est caractérisé par son hétérogénéité tant sur le plan de la diversité des programmes qui y sont offerts que des profils des personnes enseignantes et des élèves qui y évoluent. 

Concernant les élèves, ils sont composés majoritairement d’adultes, mais aussi de jeunes de moins de 20 ans. Certains ne possèdent pas de diplôme, d’autres détiennent un diplôme d’études secondaires, un diplôme d’études collégiales et/ou un diplôme universitaire de différents pays. Certains ont une langue maternelle autre que le français ou l’anglais. Et bien que les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes à la formation professionnelle, les femmes sont concentrées dans un nombre restreint de secteurs de formation. De plus, le nombre d’élèves à besoins particuliers est en augmentation. 

Ainsi, « ce secteur doit donc se doter d’outils pour soutenir ses élèves dans leur démarche d’apprentissage et appuyer les personnes qui interviennent auprès d’eux. Il est de la responsabilité du centre de formation professionnelle de travailler à atténuer les obstacles qui empêcheraient un élève d’avoir accès à sa formation, et ce, sans discrimination ni privilège et dans le cadre d’accommodements jugés raisonnables » (MEES, 2017, p. n.d.).

Œuvrer dans le secteur de la formation professionnelle représente donc son lot de défis en termes de prise en compte de la diversité, d’autant plus que plusieurs des personnes enseignantes à la formation professionnelle n’ont pas toujours complété leur formation initiale en enseignement ou s’insèrent en emploi en même temps qu’ils suivent leur formation initiale en enseignement.

Je suis donc enthousiaste à l’idée de superviser des projets qui souhaitent interroger les différents personnels scolaires de la formation professionnelle quant aux services, mesures et pratiques d’équité de même qu’à tous projets qui portent sur les inégalités scolaires et les besoins diversifiés des élèves de la formation professionnelle.

Financement offert

À discuter

Bourses facultaires d’études supérieures en recherche; possibilité de contrat de recherche

La dernière mise à jour a été faite le 16 février 2021. L’Université se réserve le droit de modifier ses projets sans préavis.

Renseignements

Numéro de la fiche : OPR-535

Fiche téléchargeable

Version PDF