Récipiendaires 2010

Professeur Gilles Larin (Sciences humaines et sociales, droit et administration)

Combiner des outils pour de meilleurs régimes fiscaux

Le prix décerné dans le secteur sciences humaines et sociales, droit et administration a été décerné au professeur Gilles Larin pour l’ouvrage Des réponses efficaces aux planifications fiscales agressives. Il s’agit d’une monographie publiée par l’Association canadienne d’études fiscales, davantage connue sous le nom de Canadian Tax Foundation, un organisme prestigieux et internationalement reconnu dans le monde de la recherche en fiscalité.

Cette étude analyse les outils mis au point par les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et l’Union européenne en réponse aux planifications fiscales agressives. Les auteurs concluent que le Canada pourrait s’inspirer de certains de ces outils tout en respectant les principes d’équité, de prévisibilité et d’uniformité en matière fiscale.

Aucun outil pris isolément ne protège adéquatement l’intégrité d’un régime fiscal. Seule l’adoption d’un ensemble d’outils réduirait les zones grises à l’origine des planifications abusives et modifierait significativement l’évaluation des risques encourus par les contribuables et leurs conseillers.

Les travaux issus de cette étude ont réussi à influencer un élément clef de la politique fiscale au Québec et au Canada qui vise à contrer l’abus et à augmenter la confiance des contribuables dans nos régimes fiscaux respectifs. L’ouvrage du professeur Larin a connu des retombées immédiates significatives, puisque plusieurs des mesures préconisées dans l’étude ont été intégrées aux budgets fédéral et provincial.

Cette publication du professeur Larin a certainement permis de faire rayonner notre université dans le domaine de la fiscalité et des finances publiques. C’est le vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales, Alain Webster, qui a remis le prix au professeur Larin.

Professeur Maxime Descôteaux (Sciences naturelles, génie, médecine et sciences de la santé)

Une approche astucieuse en imagerie par résonance magnétique

Dans le secteur des sciences naturelles, génie, médecine et sciences de la santé, le récipiendaire Maxime Descoteaux s’est vu récompenser pour son article Diffusion Propagator Imaging : Using Laplace’s Equation and Multiple Shell Acquisitions to Reconstruct the Diffusion Propagator. Il a reçu son prix des mains du vice-recteur aux ressources humaines et à la vie étudiante, Martin Buteau.

Les recherches du professeur Descoteaux portent sur la reconstruction d’images. Le chercheur a usé d’une astuce mathématique et algorithmique qui a permis de réduire la durée des examens en imagerie par résonance magnétique (les IRM), qui sont habituellement d’une durée de deux heures, à 10 ou 20 minutes. Cette découverte permet donc de gagner du temps, et la qualité de l’information représentée par la cartographie des connexions intracérébrales du cerveau humain n’en est pas altérée.

La publication du professeur Descoteaux a provoqué des échos très positifs ici et à l’étranger, puisque cette percée aura fort probablement des impacts sociaux et technologiques très importants. En effet, cette avancée a valu au chercheur, en 2009, le prestigieux Erbsmann Award décerné pour le meilleur article et la meilleure présentation d’un chercheur de moins de 35 ans. À la suite de ce prix, la nouvelle technique a été sélectionnée comme l’une des 10 découvertes de l’année 2009 du magazine Québec Science. Le professeur Descoteaux a également reçu en décembre dernier le prix en recherche appliquée de l’Association française des sciences et technologies de l’information.