Récipiendaires 2012

Mélanie Beauchemin - Sciences humaines et sociales

Dynamiques transgressives et subversions du désir dans l'œuvre narrative d'Anne Hébert

L’œuvre d’Anne Hébert oppose à l’ordre social un désordre individuel; à la raison froide une folie meurtrière; à l’assujettissement des femmes leur prodigalité sans limites. Par la mise en forme des énergies qui se perdent, l’auteure dénonce l’irrémédiable privation endurée par plusieurs générations d’individus au Québec. Ses héroïnes, confrontées à un quotidien austère, déploient toute une gamme de sensations et de visions mises en place pour contrer le désespoir. Elles sont du côté de la fièvre, de la sexualité, de l’impulsif. Au cœur de la révolte et des fantasmes, ces femmes oscillent entre folie et sorcellerie, réclament une autre vie, plus impétueuse. Elles consentent à la transformation corporelle qui leur permet de plonger, avec délectation et terreur, dans l’inquiétante étrangeté avec tout ce que cela suppose d’irréversible.

Ma thèse de doctorat porte sur cette dynamique transgressive, sur les rapports riches de sens qu’entretiennent entre eux le désir et l’altération. J’y établis une relation entre les écrits d’Anne Hébert et les idées philosophiques de Georges Bataille, qui voit dans la révolte et le désir sexuel une possibilité de reconnaître la part sombre de l’être et les traces mémorielles du passé. Bataille expose une parenté entre l’expérience émancipatrice et le mal, un potentiel explosif de folie et de puissance, et les aléas du jeu, de l’imprévisibilité, du danger. Ses textes investissent l’image d’une féminité médusante qui joue de la beauté comme de la laideur, de l’attraction et de la frayeur. Le recours aux théories batailliennes pour étudier l’œuvre d’Anne Hébert contribue à l’aspect novateur de ma thèse que Janet Paterson – chercheure éminente en littérature québécoise – qualifie de « grand voyage analytique » renforcé « du début jusqu’à la fin par la grande qualité d’écriture et la cohérence de l’argumentation ».

Maxime Boissonneault - Sciences naturelles et génie

Mesure et rétroaction sur un qubit multi-niveaux en électrodynamique quantique en circuit non linéaire

L'informatique quantique est le prolongement de la physique quantique. Alors que cette dernière a révolutionné le monde en permettant entre autres le développement de l'énergie nucléaire, de l'imagerie médicale, du transistor et du laser, l'informatique quantique promet une nouvelle révolution en accélérant de façon astronomique certains algorithmes mathématiques utilisés à tous les jours par nos ordinateurs. L'avènement d'un ordinateur quantique révolutionnerait entre autres la sécurité des communications encryptées et la recherche dans des bases de données, deux problèmes au cœur de l'informatique moderne. En plus de ces applications directes, elle promet de révolutionner la recherche scientifique dans son ensemble en permettant des simulations numériques de matériaux impensables avec un ordinateur conventionnel.

Pour exploiter l'information quantique, il est nécessaire, tout comme pour un ordinateur classique, de pouvoir manipuler et lire cette information. Cette lecture, qui est toute simple pour un ordinateur classique (on vérifie si le courant passe ou ne passe pas dans un transistor), se révèle être un défi important lorsqu'on s'intéresse à un système quantique. C'est à cette tâche que je me suis intéressé dans ma thèse, dans une architecture dans laquelle les qubits – équivalent quantique des transistors – sont fabriqués à l'aide de circuits électroniques supraconducteurs plutôt que semiconducteurs. Le cœur de ma thèse a ainsi été le développement d'un modèle mathématique quantitatif qui permet de mieux comprendre la lecture de l'état d'un qubit et de suggérer plusieurs façons d'améliorer cette lecture. Les résultats que j'ai obtenus sont maintenant étudiés et utilisés par la plupart des plus grandes équipes expérimentales dans le domaine, incluant les équipes du CEA-Saclay à Paris, de l'ETH à Zürich, de l'Université de Yale et de l'Université de la Californie à Berkeley.

Catherine Hudon - Sciences de la santé

Développement d’un questionnaire mesurant la perception du patient atteint de maladies chroniques de l’habilitation par le médecin de famille

Contexte : Les professionnels de la santé peuvent aider la personne atteinte de maladies chroniques à acquérir davantage de pouvoir sur sa santé (habilitation). Les questionnaires pour mesurer la perception du patient de l’habilitation par le médecin de famille présentent des lacunes importantes.

Objectifs : 1) Approfondir la conceptualisation de l’habilitation en médecine de famille en validant le cadre conceptuel retenu auprès de patients; 2) Opérationnaliser les dimensions en proposant des indicateurs; 3) Vérifier la validité de contenu du questionnaire.

Méthodes : Devis mixte de type séquentiel exploratoire. Volet qualitatif descriptif (objectifs 1-2) : entrevues en profondeur avec 30 patients atteints de maladies chroniques; échantillonnage à variabilité maximale. Enregistrements transcrits et analysés selon une codification mixte de Miles et Huberman. Volet quantitatif (objectif 3): méthode Delphi électronique de trois tours avec 15 experts canadiens en médecine de famille qui cotaient les items de (1) inapproprié à (9) très approprié et pouvaient suggérer reformulations et ajouts. Les items cotés 7-9 par tous les experts étaient considérés consensuels et n’étaient pas présentés au tour suivant.

Résultats : Le partenariat qui se développe au fil du temps émerge comme crucial à l’habilitation. Le rôle d’habilitation déborderait la consultation pour défendre les intérêts et la sécurité du patient dans le système de soins. La relation de confiance alliée à une bonne connaissance de la personne peut permettre au médecin de mieux comprendre et de légitimer les divers sentiments ressentis et lui offrir un espoir réaliste tout en l’aidant à développer sa propre expertise. Soixante-six items soumis au premier tour du Delphi, complété par 13 experts: 21 items consensuels et quatre items rejetés. Quarante et un items soumis au deuxième tour: huit items consensuels. Trente-trois items soumis au troisième tour: 29 items conservés intacts; trois items modifiés et un item rejeté.

Conclusion : Un questionnaire de 61 items est proposé.