Audrey Brassard

L’hypersexualisation chez les jeunes adultes : Qu’est-ce que la recherche en psychologie peut nous apprendre?


Objectifs

  • Prendre connaissance des définitions de l’hypersexualisation
  • Aborder les manifestations de l’hypersexualisation chez les jeunes adultes
  • Amorcer une réflexion critique au sujet des conduites hypersexualisées

Résumé

Dans cette présentation de type conférence, l’hypersexualisation du jeune adulte sera abordée en présentant les résultats d’une série de trois études scientifiques entreprises par l’équipe de recherche du laboratoire en psychologie du couple et de la sexualité.

D’abord, une introduction aux différentes définitions de l’hypersexualisation sera présentée en illustrant les limites des études effectuées sur ce concept à ce jour. Ensuite, une nouvelle définition intégrative issue d’une première étude scientifique auprès des jeunes adultes de 18 à 29 ans (Caouette et al., 2010) sera présentée. Les auditeurs seront invités à reconnaître leurs propres conduites et attitudes hypersexualisées à partir d’un nouveau questionnaire élaboré et validé auprès des hommes et des femmes dans le cadre d’une seconde étude scientifique (Houde et al., 2011). Les manifestations de l’hypersexualisation chez les jeunes adultes sur le plan conjugal (p. ex., attachement, intimité, engagement et satisfaction conjugale) et sexuel (p. ex., estime, communication et dysfonctions sexuelles, satisfaction sexuelle) seront également présentées en se basant sur une troisième étude scientifique (Brassard et al., en préparation).

La dernière partie de la conférence portera sur l’apport de ces nouveaux résultats de recherche dans la compréhension des difficultés conjugales et sexuelles des jeunes adultes et proposera une réflexion sur la sensibilisation et l’intervention auprès des jeunes couples.

Biographie

Professeure à l’Université de Sherbrooke depuis 2006, Audrey Brassard a complété un Ph.D. spécialisé en couple et famille à l’UQTR sous la supervision d’Yvan Lussier. Elle a pratiqué trois ans à l’hôpital Royal-Victoria au « Sex and Couple Therapy Service » à titre de psychologue et superviseure. Elle enseigne la psychothérapie du couple au doctorat et supervise des stagiaires. Ses travaux de recherche, financés par le FQRSC et le CRIPCAS, portent sur l’attachement et le fonctionnement conjugal et sexuel (dont l’hypersexualisation).