Stage dans la capitale des Alpes françaises

Automne 2008

Dans le cadre de mon second stage en physique au programme coopératif, j'ai eu le plaisir de me rendre à Grenoble. Cette ville repose au creux d'une vallée que de majestueuses montagnes gardent toute l'année, sans jamais prendre de vacances. Grenoble est surnommée par certains la « Silicon Valley » française en raison de la forte présence de l'industrie de la microélectronique dans la région. Les laboratoires ne manquent pas et la portion de la ville appelée le « polygone scientifique » en rassemble une quantité impressionnante. Le site du CEA (Commissariat à l'énergie atomique) y occupe une bonne partie de cette presqu'île. Il est suffisamment vaste pour qu'on doive utiliser un vélo pour traverser le site en un temps raisonnable!

L'aspect technique

Le CEA est une organisation gouvernementale française de recherche qui s'occupe, entre autres, de l'énergie nucléaire dans le pays. Sur les 9 sites du CEA, tous ne sont pas liés à l'énergie nucléaire et c'est le cas du site de Grenoble. Celui-ci est spécialisé en recherche sur les sciences de la vie et les technologies de l'information pour utiliser des termes vagues. En ce qui me concerne, j'ai rejoint le « Laboratoire de transport électronique quantique et supraconductivité » pour une durée de 3 mois. Le projet sur lequel j'ai travaillé concernait les transistors monoélectroniques (single electron-transistor) et leur caractérisation à basse température. L'ambiance du laboratoire était franchement agréable et les gens se sont montrés accueillants à mon égard. J'ai tout apprécié de mon stage et des gens qui m'ont entouré. On m'a enseigné les techniques de base de la caractérisation à basse température (hélium liquide) et je me suis également familiarisé avec la microfabrication. J'ai été marqué par l'importance du centre de recherche. La concentration phénoménale de chercheurs et les moyens techniques dont ils disposent ont de quoi impressionner l'étudiant que je suis! Ce stage m'a aidé tant au niveau de la science pure que de la connaissance d'un milieu scientifique différent et riche en surprises.

L'aspect touristique

Un stage n'est pas fait que de travail, c'est d'ailleurs l'avantage du système coopératif. Outre l'expérience acquise dès le baccalauréat, un stage permet aussi de changer de rythme de vie, un bon équilibre avec les sessions d'études. Faire un stage à l'étranger sans vivre ou visiter les environs serait un peu absurde. Mon périple s'est donc vu ponctué d'un voyage dans le sud de l'Allemagne, à Barcelone, à Strasbourg pour le marché de Noël sans oublier Marseille, Bordeaux et St-Malo. Le système de train français m'a également permis de régulières escapades à Paris. J'ai vu, j'ai goûté, j'ai bu, j'ai discuté et j'ai appris l'étranger.

L'organisation

Les démarches pour se trouver et organiser un stage à l'étranger ne sont pas des plus évidentes, mais sachez que tant le département de physique que le service des stages encouragent de telles initiatives. Vous trouverez des conseillés expérimentés partout sur le campus pour vous guider dans cette aventure.

Les inflluences

Les témoignages d'élèves m’ont encouragé à choisir la physique à Sherbrooke et je souhaite que le mien puisse avoir le même impact. J'avais en effet déjà la piqûre pour le voyage avant d'arriver à Sherbrooke. L'opportunité de conjuguer études et voyage me convenait donc parfaitement. Des questions? Je serais heureux de m'éterniser sur mon expérience si votre curiosité vous porte à m'écrire !!!

Au plaisir de réveiller le voyageur ou la voyageuse en vous :)

Alexandre Beaudoin
Étudiant en physique