Milieu de travail

Pour 67 de ceux et celles ayant obtenu une maîtrise en physique depuis 2000, nous avons retrouvé au moins un de leurs emplois. En pondérant ces informations en fonction du nombre de jours d'embauche, on peut se faire une image de leurs milieux de travail :

  • Entreprises privées à 44 %;
  • Centre de recherche à 20 %;
  • Milieu universitaire à 14 %;
  • Milieu de l'enseignement à 13 %;
  • Agences gouvernementales (hôpital, Santé Canada, Ressources naturelles...) à 8 %.

Type de travail

Un des objectifs de la maîtrise est de former du personnel qualifié dans un domaine de connaissances pointu.  En classant chaque type d'emploi en fonction des thèmes recherche, application, enseignement, programmation, voici un tableau, pondéré en fonction des jours d'emploi, des principales tâches effectuées par les titulaires d'une maîtrise en physique :

  • Recherche scientifique (chercheur, professionnel de recherche, spécialiste, scientifique, chef d'équipe...) 32 %;
  • Application des connaissances (consultant, spécialiste, analyste, contrôle de qualité, assistant, développeur...) 22 %;
  • Enseignement (collégial, secondaire) 17 %;
  • Gestion (associé, chef de projet, directeur...) 13 %;
  • Programmation (simulation numérique, logiciel, base de données, cryptographie, analyste) 8 %;
  • Commercial (gérance des ventes) 2 %;
  • Autre (fonctionnaire, officier dans l'armée, traduction, blogueur) 5 %.

Sujet du travail

Quel est le principal sujet de travail? La grande majorité travaille dans un domaine scientifique relié à la physique  Voici une classification :

  • Physique (enseignement universitaire et collégial, matériaux quantiques, information quantique, optique, plasma, consultant, conférencier...) 53 %;
  • Applications scientifiques (acoustique, nanosciences, micro-électrique, contrôle de qualité, cryptographie, ingénierie...) 19 %;
  • Informatique (logiciels, jeux électroniques, base de données...) 7 %;
  • Sciences (enseignement au secondaire, bibliothéconomie, spécialiste, blogueur...) 7 %;
  • Sciences de la Terre (géophysique, océanographie, agroalimentaire, télécommunications, minéralogie...) 5 %;
  • Biomédical (biotechnologie, physique médicale, santé et sécurité) 3 %;
  • Calcul haute performance (une spécialisation en émergence) 2 %;
  • Autre (fonctionnaire, officier dans l'armée) 4 %.