Doctorat en philosophie pratique, cheminement en éthique et politique appliquées

L’éthique et la politique en symbiose

Ce nouveau programme de doctorat vise à répondre au besoin d’appliquer l’éthique à la politique et vice-versa.
Ce nouveau programme de doctorat vise à répondre au besoin d’appliquer l’éthique à la politique et vice-versa.
Photo : Wikimedia commons - Dannykronstrom

On observe depuis plusieurs années une interdépendance accrue entre les enjeux éthiques et politiques, et ce, tant au niveau local qu’international. Scandales de corruption, enjeux éthiques de la gouvernance et des fonctions publiques, fonctionnement des institutions politiques et sociales, enjeux réglementaires pour la vente de certains produits et enjeux démocratiques ne sont que quelques exemples probants qui font l’actualité et marquent les évènements sociaux et politiques contemporains.

Le Département de philosophie et d’éthique appliquée, en collaboration avec l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, offre depuis cet automne un nouveau programme de doctorat qui vise à répondre à ce besoin d’appliquer l’éthique à la politique et vice-versa.

Une formation de 3e cycle pour l’École de politique appliquée

Alex Paquette Guay a fait ses études de 1er et de 2e cycles à l’École de politique appliquée (ÉPA). Comme l’ÉPA n’offrait pas de programme de 3e cycle, l’étudiante, qui souhaitait poursuivre ses études à l’Université de Sherbrooke, a accueilli la création de ce nouveau programme avec enthousiasme.

Ce programme de doctorat valorise une approche interdisciplinaire et une dimension appliquée qui m’interpellent beaucoup. La réflexion éthique est de plus en plus pertinente, et je dirais même nécessaire, dans la régulation de nos sociétés. Les innovations technologiques, comme la robotisation et l’intelligence artificielle, font partie de ces enjeux qui nécessitent un regard interdisciplinaire afin de proposer des solutions pratiques.

Alex Paquette Guay, étudiante au doctorat en philosophie pratique, cheminement en éthique et politique appliquées

La professeure Isabelle Lacroix incorpore un volet interdisciplinaire à ses recherches en politique depuis déjà quelques années et fait partie de plusieurs équipes de recherche multidisciplinaire, du génie jusqu'à l'éthique.
La professeure Isabelle Lacroix incorpore un volet interdisciplinaire à ses recherches en politique depuis déjà quelques années et fait partie de plusieurs équipes de recherche multidisciplinaire, du génie jusqu'à l'éthique.
Photo : UdeS - Michel Caron

De plus, dans un souci d’interdisciplinarité, toutes les thèses rédigées dans le programme sont co-dirigées par une chercheuse ou un chercheur en politique et par une chercheuse ou un chercheur en philosophie ou en éthique. Alex a donc rapidement sauté sur l’occasion de poursuivre ses études de politique à l’Université de Sherbrooke sous la direction de la professeure Isabelle Lacroix qui, depuis déjà plusieurs années, incorpore un volet éthique à ses recherches en politique.

Dans mes travaux, j’avais pu toucher un peu aux approches éthiques, mais cela me semblait généralement insatisfaisant. Pour moi, il fallait que la réflexion politique prenne en considération les enjeux éthiques, mais les approches éthiques devaient aussi prendre en considération les contraintes politiques. De là est né ce cheminement ainsi que d’une riche collaboration avec le Département de philosophie et d’éthique appliquée, dont les collègues croyaient aussi en la grande valeur de la bidisciplinarité.

Isabelle Lacroix, professeure et directrice de l'École de politique appliquée de la Faculté des lettres et sciences humaines

L’interdisciplinarité pour aller plus loin

Pour Alex, une des forces de ce cheminement provient du développement d’outils de recherche et de la mise en place d’une méthodologie à l’intersection entre les deux disciplines qui étendront la compréhension de phénomènes sociaux complexes. La bidisciplinarité du programme permet de s’ancrer dans de réelles problématiques sociales et d’y jeter un regard différent. Les travaux de la doctorante portent d’ailleurs sur la question des politiques publiques et des innovations technologiques en soins à domicile au Québec et au Canada.

Le soutien à domicile des personnes âgées est rapidement devenu un secteur très propice aux innovations technologiques. La robotique en est un exemple concret. Pour certains, les robots d’assistance sociale (RAS) pourraient faire partie de la solution afin de favoriser le vieillissement chez soi tout en offrant un certain répit aux proches aidants et aux professionnels de la santé.

Alex Paquette Guay

Dans le cadre de son doctorat, Alex Paquette Guay se penche sur la question des politiques publiques et des innovations technologiques en soins à domicile au Québec et au Canada.
Dans le cadre de son doctorat, Alex Paquette Guay se penche sur la question des politiques publiques et des innovations technologiques en soins à domicile au Québec et au Canada.
Photo : Fournie

Toutefois, selon la jeune chercheuse, les percées technologiques sont marquées par un passage difficile vers l’espace politique, compliquant leur intégration sur le terrain. C’est pourquoi ses travaux s’orientent vers ces questions. Encore une fois, l’éthique et la politique font bon ménage.

Nous cherchons à comprendre et à déterminer quels seraient les cadres et les paramètres qui faciliteraient un transfert plus rapide et plus efficace des connaissances du milieu de la recherche concernant les RAS aux décideurs politiques.

Ce programme s’adresse à des gens possédant une maîtrise dans le domaine des sciences humaines et sociales, tout particulièrement en philosophie, en éthique ou en politique appliquée. Mais pour la professeure Lacroix, cela va bien plus loin : ce programme s’adresse à des personnes qui ont envie de l’aventure de la bisdisciplinarité pour observer notre société et chercher à comprendre un peu mieux les interactions entre éthique et politique. Cette réflexion peut s’appliquer aux gouvernements locaux, provinciaux, nationaux, mais aussi aux organisations et relations internationales, aux groupes de la société civile, aux entreprises… bref, à toutes les sphères de la vie collective!