La formule ayant connu un grand succès l’an passé, les diplômés 2014 de la maîtrise en enseignement au collégial (MEC) ont à nouveau présenté leur essai sous forme de communications affichées lors du dernier colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC).

Visualiser les affiches

De plus, 4 diplômées et diplômés ont également présenté oralement leurs travaux de recherche, dont voici les résumés :

La maîtrise : une question d’attitudes

Enseignement et évaluation des attitudes : Portrait de pratiques enseignantes en Techniques de travail social

Marie Beauchamp, enseignante au programme Techniques de travail social au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu

Direction d’essai : Raymonde Gosselin, doctorante en éducation

Pour cette première prestation, Marie Beauchamp innove en prenant un angle de présentation distinctif. Après avoir fait quelques références à son essai, portant sur l’enseignement et l’évaluation des attitudes, sa présentation repose principalement sur son parcours à la maîtrise et le défi de tous les instants qu’il représentait, autant sur le plan professionnel que personnel. Elle explique alors que l’élément déclencheur de son cheminement académique a été une activité offerte par PERFORMA sur l’évaluation des apprentissages. Ce fut pour elle une révélation : les apprentissages évalués sont directement en lien avec l’intégration des connaissances, des habilités et des attitudes effectivement enseignées. Dès lors, elle est  préoccupée, voire obsédée par ces questions : Enseignons-nous les attitudes? Lesquelles? Comment les évaluons-nous? Quelles sont les stratégies utilisées? Comment font les autres cégeps où le travail social est enseigné? Elle trouve sa réponse dans  la maîtrise en enseignement au collégial et son volet Recherche. C’est exactement au même moment que démarrent les comités d’éthiques en recherche dans les Cégeps. Elle se rappelle, avec douleur mais humour, l’instauration de ces comités dans les cégeps… Il fallait beaucoup de détermination pour arriver à distribuer un questionnaire aux enseignantes et enseignants de ce programme dans les différents établissements. Les embûches ont été nombreuses, mais elles ont permis à Marie Beauchamp de déposer un essai très riche et apprécié, qui lui vaut de nombreuses retombées. Elle est sollicitée à titre de conférencière, chargée de cours et personne-ressource à l’université. En référence à son sujet d’essai, elle conclut sa présentation en précisant que la réussite de la maîtrise est d’abord et avant tout une question d’attitudes; un constat partagé à l’unanimité parmi tous les nouveaux et anciens maîtres présents à ce rendez-vous.

L’exercice de la pensée critique

A Review of the Reflective Narrative of Students enrolled in a Diploma Nursing Program : a descriptive study

Michelle Maguigad, enseignante en soins infirmiers au Collège Dawson

Direction d’essai : Carolyn Dellah, Ph.D.

Il s’agit d’un essai réalisé dans le volet anglophone de la maîtrise en enseignement au collégial de PERFORMA.  Michelle Maguidad est partie de la prémisse qu’il existe un lien entre le jugement clinique, inhérent à la profession d’infirmière, et la pensée critique issue d’une pratique réflexive (Forneris and Peden-McAlpine, 2007). Plusieurs questions issues de sa pratique d’infirmière, mais aussi d’enseignante,  ont alors fait surface : comment développer le jugement clinique de nos étudiantes et étudiants en soins infirmiers dans le temps imparti pour le faire, soit 3 ans?  Est-ce qu’il y existe une corrélation entre la quantité d’expériences cliniques et la qualité du raisonnement clinique?  Est-ce que les expériences cliniques influencent le niveau de réflexion des étudiantes et étudiants en soins infirmiers?  Afin d’en savoir un peu plus et en s’appuyant sur les recherches de Fontynet Cahill (1998), les récits réflexifs descriptifs aident à améliorer la réflexion critique, Michelle a demandé aux étudiantes et étudiants en soins infirmiers de compléter un journal de bord dès le premier trimestre au Cégep jusqu’au cinquième.  Les récits réflexifs lui ont permis de constater que la différence entre la première et la cinquième session est relative à la perspective de l’expérience considérée ou acquise. Au départ, les étudiantes et étudiants se concentrent surtout sur les problèmes cliniques en lien avec leurs PROPRES capacités à les résoudre. En cinquième session, ils ont tendance à explorer les problèmes cliniques de façon plus holistique, plus globale. La recherche de Michelle Maguigad a permis d’identifier et de décrire le processus réflexif des étudiantes et étudiants en soins infirmiers pendant leur parcours académique au cégep quant aux questions de pratique clinique.

La pensée critique en contexte de stage en soins infirmiers

Un outil pour évaluer la pensée critique lors des stages en milieux cliniques en Soins infirmiers

Éric Lavertu, enseignant en soins infirmiers au Cégep de Sainte-Foy

Direction d’essai : Mathieu Gagnon, Ph.D.

Tout comme Michelle Maguigad, la pensée critique était au cœur des réflexions pour cet enseignant en soins infirmiers. Sa recherche, de type développement, avait pour but de concevoir et valider un outil pour mesurer la mobilisation de la pensée critique chez les étudiantes et étudiants en soins infirmiers lors des stages en milieu clinique. La question centrale de la recherche était la suivante : quel outil permettra d’évaluer la pensée critique pendant les stages cliniques en soins infirmiers?

Pour développer un outil, Éric s’est rendu compte qu’il fallait en amont produire une définition opérationnelle de la pensée critique, ce qu’il a fait. Il a, par la suite, développé l’outil avant de le tester et de le valider en contexte de stage.

Cette recherche a été menée en collaboration avec les professeures et professeurs du Département des soins infirmiers du Cégep de Sainte-Foy. L’ambitieuse  recension des écrits en philosophie, en éducation et en soins infirmiers a permis le développement, non seulement, de l’outil d’évaluation de la pensée critique, mais aussi d’une définition; un riche héritage pour l’enseignement des soins infirmier au collégial!

Création d’un ECOS comme épreuve synthèse

Un examen clinique objectif structuré comme épreuve synthèse du programme Technologie de radio-oncologie du Collège Ahuntsic

Lise Joly, enseignante au programme Technologie de radio-oncologie au Collège Ahuntsic

Direction d’essai : Raymonde Gosselin, doctorante en éducation

Lise Joly innove dans la littérature concernant l’examen clinique objectif structuré(ECOS), alors qu’une recension des écrits n’avait produit que peu de ressources. Pourtant, l'épreuve synthèse de programme représente un défi de taille pour tous les programmes de formation. À travers cet essai de maîtrise, Lise Joly avait comme objectif général de concevoir un « examen clinique objectif structuré » (ECOS) pour ajouter un volet pratique à l'épreuve synthèse théorique du programme de Technologie de radio-oncologie du collège Ahuntsic. Son cadre de référence repose sur trois concepts, soit la compétence (Leroux (2010), Tardif (2006), Scallon (2004)), la compétence clinique (Brailovsky et al. (1998), Epstein et Hundert (2002), Kane (1992), Le Boterf (2002)) et finalement les données concernant les principales caractéristiques des ÉCOS (Harden et Gleeson (1979), Harden et al. (1975), Hodges et al. (1997), Rushforth (2007), Zayyan (2011)).

La création et l’amélioration d’un ÉCOS et de ses grilles d’évaluation à la suite de cet essai constituent une véritable valeur ajoutée pour le domaine de l’éducation. Le prototype développé permet la transférabilité des résultats à d’autres programmes de formation du domaine ou dans tout autre domaine! Ajoutons que cette nouvelle épreuve s’inscrit dans la logique d’une plus grande cohérence avec l’approche par compétences ainsi que les exigences légales, réglementaires et pédagogiques qui y sont liées.  Bien que les étudiantes et étudiants de radio-oncologie aient apprécié l’ÉCOS comme évaluation synthèse de programme, il a, jusqu’à présent, été intégré au programme comme une évaluation formative. Avec les modifications apportées, il pourrait devenir certificatif dès l’hiver 2015. À suivre !