Intégrer les savoirs et perspectives autochtones dans la formation à l'enseignement, pourquoi maintenant? Survol du contexte historique et politique

28 janvier 2021
14 h à 16 h
Les universités sont interpellées par les recommandations de la Commission vérité et réconciliation, ainsi que par les différents rapports et commissions d'enquête sur les conditions de vie des Autochtones au Canada et au Québec. Forte de son expérience et de son rôle important dans la conversation actuelle, Michèle Audette aborde dans cette conférence le contexte historique et politique de la Commission vérité et réconciliation et des autres rapports interpellant le milieu de l’éducation. Sa conférence permettra de comprendre les enjeux et la pertinence d'intégrer les réalités autochtones dans la formation à l'enseignement.

Michèle Audette
Conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone, Université Laval

Michèle Taïna Audette est Innue et Québécoise. Elle est née à Wabush, au Labrador et a grandi entre Schefferville, Mani-Utenam et Montréal. Elle a fait des études en arts visuels à l’Université du Québec (UQAM) puis en enseignement des arts à l’Université Concordia avant de recevoir, plusieurs années plus tard, en août 2018, un doctorat honorifique de l’Université de Montréal pour son engagement politique et social pour la défense des droits des femmes autochtones. Elle a entre autres été présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ) et de Femmes autochtones du Canada (AFAC) ainsi que commissaire pour l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA). Depuis l’automne 2019, elle occupe le poste de conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone à l'Université Laval.