FMSS-respect

La direction facultaire veut « faire de la FMSS un milieu exemplaire sur le plan du respect, de la collégialité, de l’équité et de l’inclusion à travers tous ses programmes et l’ensemble de ses activités facultaires ». (extrait du plan stratégique 2019-2023)

Pour y parvenir, tout un chacun a un rôle actif à jouer et doit assumer ses responsabilités en faisant preuve de discernement et d’intégrité, tel que le mentionne le Code de conduite de la FMSS.

Le site du Bureau du respect des personnes regorge d’informations utiles et d’outils concrets pour les :

  • violences à caractère sexuel (VACS);
  • situations de conflit, de discrimination ou de harcèlement psychologique.

N’hésitez pas à le consulter, que vous soyez une personne :

  • impliquée dans une situation;
  • témoin d’une situation;
  • appelée à intervenir.

Situation vécue par une étudiante ou un étudiant (incluant les résidentes et résidents)

Tout signalement peut être adressé au secrétariat de faculté par courriel ou téléphone au poste 72514. Le Pr Martin Bisaillon est secrétaire et vice-doyen à la vie étudiante.

Le Secrétariat se fait un devoir de respecter les règles de confidentialité ou d’anonymat le cas échéant et surtout, de respecter les souhaits des personnes étudiantes quant à la divulgation ou non de certaines informations.

Situation vécue par un membre du personnel

Des procédures informelles peuvent être entreprises auprès de diverses instances, notamment le Service des ressources humaines et le Programme d’aide au personnel.

Conséquences d’une implication dans une situation de conflit, de discrimination ou de harcèlement psychologique

Exemples de conséquences possibles sur les personnes impliquées

Toutes personnes impliquées dans une situation de conflit, de discrimination ou de harcèlement psychologique peuvent vivre des conséquences :

  • anxiété;
  • atteinte des relations personnelles, souffrance des proches;
  • baisse de l’estime de soi;
  • baisse de rendement;
  • colère, sentiment d’injustice, sentiment d’impuissance;
  • crainte ou peur;
  • démotivation envers les études ou le travail, remises en question;
  • désarroi;
  • difficultés de concentration;
  • doute, culpabilité, honte;
  • épuisement personnel et professionnel.
  • irritabilité, cynisme;
  • symptômes dépressifs, idéations suicidaires;
  • tristesse;
  • trouble du sommeil;

Attention, ces conséquences ne sont pas nécessairement attribuables à ce genre de situations.

Conséquences fréquentes pour les résidentes ou les résidents

En plus des manifestations possibles communes à tous, les étudiantes et étudiants en résidence peuvent présenter certaines spécificités, plus fréquemment :

  • de la démotivation face aux études ou à la carrière médicale;
  • du cynisme;
  • de la dépersonnalisation;
  • des symptômes d’anxiété et de dépression
  • ne pas se sentir à la hauteur;
  • de la culpabilité et honte liées à une diminution de performance.

De ce fait, à plus ou moins long terme, le harcèlement risque de nuire aux apprentissages des résidentes et des résidents, qui ont souvent peur :

  • d’être stigmatisés;
  • d’être confrontés à l’agresseur;
  • que cela devienne pire;
  • de ne pas être pris au sérieux;
  • de représailles;
  • des conséquences sur leurs évaluations;
  • que cela compromette leur carrière.

Fréquemment, un cercle vicieux s’installe où les difficultés vécues sur le plan affectif causent des difficultés sur le plan du rendement académique lesquelles, une fois identifiées et nommées, entretiennent et amplifient les difficultés affectives.

Conséquences sur les milieux de soins

Les situations de conflit, de discrimination et de harcèlement psychologique affectent tous les membres de l’équipe de soins, et ultimement la qualité des soins aux patientes et aux patients.

Des tensions sont générées lorsque le groupe devient conscient de la problématique et en est témoin.

Les gens deviennent préoccupés et anxieux, démotivés et tendent à se désinvestir dans leur travail (« le corps y est, mais le cœur n’y est pas »).

Les personnes soignantes qui éprouvent elles-mêmes de la souffrance, quelle qu’en soit la raison, sont susceptibles d’augmenter la souffrance des personnes soignées.

Quand une personne de notre environnement de travail est victime de harcèlement, il est probable que, tôt ou tard, son implication et la qualité de son travail s’en ressentent. Vous pourrez donc à ce moment être une victime indirecte du harcèlement, d’où l’importance d’agir.