L’équité, la diversité et l’inclusion, c’est quoi?

L’équité, la diversité et l’inclusion, c’est quoi? 

L’équité, la diversité et l’inclusion (EDI) sont des notions phares au niveau sociétal ainsi qu’en matière de santé. Qu’on les considère comme des valeurs, des objectifs ou des moyens, elles constituent des éléments incontournables de réponse aux besoins des populations et pavent la voie à de meilleurs résultats de santé pour tous. Elles enrichissent nos communautés et nos équipes. De plus, elles font contrepoids aux préjugés, à la discrimination, à la stigmatisation, aux inégalités socioéconomiques et aux autres déterminants sociaux défavorables à la santé. 

Bien que les définitions soient plurielles, nous présentons ici celles mises de l’avant par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). 

Équité

« L’équité est synonyme de justice, c’est-à-dire que les personnes, quelle que soit leur identité, sont traitées de manière juste. Cela veut dire qu’il faut veiller à ce que les mécanismes d’affectation des ressources et de prise de décision soient justes pour tous et qu’ils n’introduisent pas de discrimination en fonction de l’identité. Il faut adopter des mesures pour mettre fin à la discrimination et aux inégalités qui ont été signalées et documentées et pour garantir, dans la mesure du possible, l’égalité des chances. En effet, l’équité s’impose pour parvenir à l’égalité. Par exemple, il peut s’avérer inéquitable de traiter les gens comme s’ils étaient égaux dans un contexte où le système a longtemps désavantagé certaines personnes, si bien que ces personnes ne pouvaient pas fonctionner comme des égaux ; il manque alors la justice inhérente à une situation véritablement équitable. »

Diversité

« La diversité se rapporte aux conditions, aux modes d’expression et aux expériences de différents groupes définis par l’âge, le niveau d’éducation, l’orientation sexuelle, la situation ou les responsabilités de parent, le statut d’immigration, le statut Autochtone, la religion, la situation de handicap, la langue, la race, le lieu d’origine, l’origine ethnique, la culture, la situation socioéconomique et d’autres attributs. La reconnaissance et la valorisation de la diversité doivent s’accompagner d’efforts concertés pour assurer l’inclusion de diverses populations, c’est-à-dire faire en sorte que les individus soient et se sentent valorisés, respectés et soutenus de manière égale. »

Inclusion 

« L’inclusion se rapporte à la création d’un environnement où tous les gens sont respectés de manière équitable et ont accès aux mêmes possibilités.[...] L'inclusion exige qu'on recense et supprime les obstacles (physiques ou procéduraux, visibles ou invisibles, intentionnels ou non intentionnels) qui nuisent à la participation et à la contribution [...] Elle exige également [...] une affirmation[...] des valeurs et des principes d’équité, de justice et de respect en se montrant ouverts à différentes opinions et perspectives, en acquérant une compréhension des autres cultures, expériences et communautés et en faisant un effort conscient pour être accueillants, serviables et respectueux de tous.»

Pourquoi?

À la FMSS, l’ÉDI prend son sens tant pour la vie « interne » de ses membres et de ses équipes, que pour sa portée « externe » notamment, le sens et la pertinence de ses activités de formation, de recherche, de gouvernance et de services.

La santé des personnes et des communautés est profondément affectée par les déterminants sociaux de la santé, par exemple, l’âge, l’origine ethnique, le statut économique, la santé mentale, les milieux de vie, l’aménagement du territoire, le contexte social et culturel. De surcroit, les inégalités socioéconomiques constituent elles-mêmes des barrières à la mobilité sociale ascendante, qui permet aux personnes en situation moins favorisée d’améliorer leur vie et leur santé avec le temps.

La FMSS se positionne comme une instance citoyenne et fait de sa responsabilité envers la société une orientation phare de sa mission. Dans un monde interdépendant, des phénomènes de nature planétaire comme les conséquences des changements climatiques et de la pandémie de COVID-19 accroissent les inégalités socioéconomiques dans nos sociétés. Celles-ci, ainsi que les obstacles systémiques à l’équité (dont le racisme), sont de plus en plus reconnus et dénoncés par les communautés scientifiques et par les citoyens eux-mêmes. On exprime des insatisfactions et des attentes non répondues, par exemple, quant à plus d’accessibilité, d’humanité et de sensibilité culturelle dans les soins de santé reçus. S’exprime également le besoin que les efforts des universités se traduisent par des impacts concrets pour la santé des personnes et des populations.  

La responsabilité sociale en lien avec l’équité, la diversité et l’inclusion s’illustre par la priorisation de ces dimensions en tant que valeurs centrales dans toutes les sphères de la FMSS et de l’Université de Sherbrooke. C’est avant tout d’offrir une faculté inclusive et plurielle qui reconnaît la nécessité d’avoir une approche universelle et proportionnée afin d’assurer la participation de tous et de réduire les obstacles pour certains groupes. La responsabilité sociale s’incarne par cette notion de : « Ne laisser personne derrière ».

Concrètement, l’équité, l’inclusion et la diversité sont des éléments essentiels dans les soins de santé et la recherche. L’équité, la diversité et l’inclusion sont d’ailleurs des exigences du Programme des chaires de recherche du Canada. L’Université de Sherbrooke s’est dotée d’un plan d’action à cet effet. Si l’on souhaite que nos étudiants et professionnels de la santé offrent des soins équitables, inclusifs, que nos chercheurs se penchent sur des enjeux prioritaires, il devient primordial d’assurer que les valeurs, la culture et les actions facultaires soient cohérentes avec ces dimensions.  

Références et ressources