« De la formation au monde du travail, et vice versa »

Programme 

Former, innover, entreprendre

Thématique proposée pour la seconde édition

« De la formation au monde du travail, et vice versa »

En 2016, nous avons proposé un colloque intitulé « Former, innover, entreprendre », que nous considérions comme un espace porteur de réflexion à déployer sur trois années. Fort du succès de la première session portant sur l’innovation pédagogique (Former à l’innovation, innover pour la formation), qui s’est tenue sur deux jours à Lyon en 2016, nous proposons de prolonger la réflexion pour 2017, en focalisant plus particulièrement sur la question de l’apprentissage tout au long de la vie et les changements que cela implique. Ceci nous semble encore plus vrai lorsqu’il est question d’entrepreneuriat. D’ores et déjà, nous savons que la flexibilité, la créativité, la capacité réflexive, mais aussi la capacité d’adaptation et de collaboration deviennent des « savoirs » à part entière, que les personnes doivent acquérir. Fort de ce constat, le programme pour les EJC 2017 sera orienté selon quatre axes :

  1. Les nouvelles formes d’entreprenariat : la question de l’entreprenariat est l’un des enjeux de notre société actuelle. Mais il existe différentes formes d’entreprises. Comment penser l’entreprise dans une logique collective et sociale? Ce thème sera travaillé à travers le regard de personnes proposant un modèle de coopératives et de mutuelles.
  2. La question des savoir-être et des attitudes à acquérir : comment apprendre à développer des habiletés pour développer sa créativité, sa capacité à collaborer de manière horizontale, etc. ? Comment changer de posture pour « éprouver » et « développer » une posture créative ? Ce thème sera abordé « en immersion », à travers l’expérience corporelle et somatique.
  3. Des rencontres et maillages entreprises-université 
  4. Le lien entre l’entreprenariat, la formation et l’innovation : quelle est la place et le rôle de l’université en logique de formation continue ? Comment doit-elle s’adapter afin de répondre au besoin des acteurs et de les amener à voir au-delà des murs de l’université ? Par ailleurs, comment doit-elle s’adapter aux professionnels reprenant le chemin de la formation ? Comment les amener à s’appuyer sur leurs expériences professionnelles pour développer un savoir expérientiel ?