La rédaction de l'article de vulgarisation

La vulgarisation scientifique s'appuie sur bon nombre des techniques du journalisme traditionnel. Il répond aux mêmes questions :

  • Quoi? Le sujet de l'article, l'angle sous lequel il est traité, son originalité, son aspect novateur (il constitue souvent l'amorce);
  • Qui? Ceux et celles qui ont fait ces découvertes, c'est-à-dire les chercheurs et chercheuses, le centre de recherche, etc.;
  • Pourquoi? Les raisons qui expliquent la recherche, ce qui fait que cette découverte est assez importante pour être publiée (cette information est souvent incluse dans l'amorce);
  • Où?, Quand? L'endroit et le moment où la recherche a été effectuée.

Compte tenu de ce qui précède, on peut procéder à la mise en forme de l'article de vulgarisation, soit la rédaction :

  1. du titre (en général, il répond à la question Quoi? et renseigne le lecteur et la lectrice sur le sujet de l'article);
  2. de l'amorce, premier alinéa de l'article, qui pique la curiosité du lecteur, qui l'amuse, qui l'intrigue, bref qui l'incite à lire l'article;
  3. du corps de l'article, c'est-à-dire le récit de l'histoire de la recherche et de la découverte découpé en épisodes selon le déroulement chronologique de la recherche.

II faut viser à une écriture à la fois simplifiée et bien articulée. Néanmoins, le style doit être vivant, les phrases simples, le vocabulaire technique reformulé, les paragraphes courts et bien reliés entre eux; il faut porter une attention particulière aux charnières ou éléments de transition et éviter les longs développements encyclopédiques. À ce titre, les encadrés sont très utiles pour fournir des explications d'ordre plus technique, des informations biographiques, historiques ou autres, que le lecteur ou la lectrice pourra lire au moment opportun, sans briser la continuité du texte. Après chaque épisode, il importe de constamment relancer l'intérêt du lecteur et de le garder à l'intérieur du récit; pour ce faire, les sous-titres peuvent jouer un rôle de premier plan. II importe également d'exploiter l'usage de la citation, qui amène un élément humain, vivant et convaincant dans le récit. Il faut de plus miser sur le caractère évocateur du procédé de l'analogie ou de la ressemblance d'un phénomène scientifique avec un aspect plus connu de l'auditoire; cela facilite la compréhension du phénomène et capte son intérêt. L'humour constitue enfin un procédé efficace, mais qu'il faut employer d'une manière judicieuse. À titre d'exemples, et pour apprécier la qualité des articles de vulgarisation, nous vous renvoyons aux magazines de vulgarisation scientifique, qui regorgent d'excellents articles. 

Parmi les principaux aspects avec lesquels le vulgarisateur doit se familiariser, mentionnons : les procédés de reformulation, le circuit de lecture et les supports visuels.

Les informations ci-dessus sont tirées de l’ouvrage Rédaction technique, administrative et scientifique, 3e Édition, p.147-161.