La rédaction épicène

Quelques définitions

Un texte épicène, selon l’Office québécois de la langue française, est un texte qui met en évidence de façon équitable la présence des femmes et des hommes.

La notion de texte recouvre tant les textes écrits que les textes oraux lus dans des circonstances formelles.

L’adjectif épicène (ex. nom épicène, adjectif épicène, pronom épicène) signifie « qui conserve la même forme au masculin et au féminin » (ex. responsable, apte, vous).

Un doublet est l’ensemble formé par la répétition des emplois féminin et masculin (ex. la candidate et le candidat, les professeurs et professeures, le directeur ou la directrice, les directrices ou les directeurs, ceux et celles, il ou elle, etc.).

La lisibilité, dans le présent guide, caractérise le fait qu’un texte soit facilement déchiffrable, visuellement; l’intelligibilité caractérise le fait qu’un texte soit compréhensible, accessible.

Quelques conseils

  • Ne pas utiliser uniquement le masculin générique pour désigner des hommes et des femmes.
  • Ne pas avoir recours à la note explicative pour justifier l’emploi du masculin générique. (Exemple de note à éviter : « Le masculin est utilisé dans le texte pour désigner autant les hommes que les femmes. »)
  • Utiliser le masculin générique seulement si une formulation neutre est impossible, que les doublets rendent la phrase difficilement lisible ou intelligible et que les hommes et les femmes se trouvent déjà explicitement nommés dans le texte.
  • Ne pas ajouter de marque explicite du féminin si aucune femme n’est concernée (ex. les policiers présents et non les policières et les policiers, s’il n’y a effectivement que des hommes).
  • Éviter les formes tronquées, qui nuisent à la lisibilité du texte (ex. les étudiant(e)s, les expert(e)s, les évaluateurs/trices, les auteurEs, un ingénieur H/F).
  • Ne pas utiliser les noms féminins en –eure non retenus (ex. une superviseure, une directeure, une recteure à remplacer par superviseuse, directrice, rectrice). (Voir le répertoire des appellations de personne et l’annexe de l’ouvrage Avoir bon genre à l’écrit : Guide de rédaction épicène.)
  • À l’oral, éviter de prononcer, en la détachant, la finale de la forme féminine, par exemple : le e de employée, le e de professionnelle et le re de ingénieure ou de professeure.
  • À l’oral, on peut lire une seule des deux formes lorsque la prononciation au masculin et au féminin est identique (ex. on dira chers employés et non chers employés et chères employées). La version écrite du texte, lorsqu’elle est publiée, comprendra toutefois les deux formes.