Boîtes vocales

Pour le service en français... vous êtes au bon endroit!

Dans bon nombre d’entreprises, il est devenu d’usage courant d’enregistrer des messages d’accueil de boîtes vocales systématiquement dans les deux langues. Ainsi, on est accueilli par un message bilingue malgré le fait qu’on soit dans un milieu francophone. Est-ce bien utile?

À l’Université de Sherbrooke, les messages d’accueil enregistrés sur un répondeur téléphonique ou sur une boîte vocale doivent être en français. Pourquoi? Parce qu’une boîte téléphonique, tout comme une enseigne extérieure, ou encore une page d’accueil de site Internet, c’est souvent le premier contact qu’une personne a avec notre institution. Quelle belle occasion de lui faire savoir que nous sommes une université francophone!

Vous vous inquiétez de ne pas être compris si une personne d’une autre langue vous appelle? Pourtant, quelle information importante donnons-nous sur nos boîtes vocales? Notre nom, notre poste, le fait que nous ne pouvons pas répondre pour l’instant et une invitation à laisser un message… Toute personne qui vit dans notre monde aujourd’hui est habituée à ces formules classiques, peu importe dans quelle langue elles sont enregistrées. Il n’y a aucun risque, par conséquent, que votre interlocuteur soit déconcerté par votre message en français!

S’il est vraiment nécessaire d’offrir un message d’accueil dans une autre langue, soit parce que la plupart des gens qui vous téléphonent ne parlent pas français ou parce que votre poste est lié à l’accueil de personnes d’autres langues, le message doit être fait d’abord en français et, ensuite, dans une autre langue.

Mais avant d’opter pour le bilinguisme, demandez-vous à combien de personnes ce choix sera utile, et ce, sans compter la belle occasion que vous pourriez rater de faire une première bonne impression en français.