Directive de la rédaction épicène à l'UdeS

Application de la rédaction épicène à l'Université

Dans le cadre universitaire, les pratiques de rédaction épicène s'appliquent à tous les textes pédagogiques, administratifs, journalistiques, promotionnels et informatifs (plans de cours, notes de cours, documents de stage, articles scientifiques ou informatifs, politiques, règlements, lettres, notes de service, rapports de recherche, etc.). Ces pratiques s’appliquent également aux communications orales formelles (ex. discours officiels).

Adoption du Guide relatif à la rédaction épicène

L’Université de Sherbrooke a choisi d’adopter le Guide relatif à la rédaction épicène : respect des genres masculin et féminin, lequel s'inscrit  dans une démarche visant à reconnaître et à mettre en évidence la diversité de la communauté  universitaire, et ce, dans l'ensemble des communications de l'Université.  La communication écrite, visuelle ou orale doit en effet tenter de représenter les membres de la communauté universitaire sans biais, discrimination ou préjugé et de reconnaître leur apport à la collectivité. Ce guide contribuera à atteindre cet objectif.

Responsabilités et entrée en vigueur

Toutes les personnes membres de la communauté universitaire, quel que soit leur statut (personnel enseignant, personnel professionnel ou de soutien), ont la responsabilité de produire des textes s’inspirant du Guide relatif à la rédaction épicène : respect des genres masculin et féminin. Une attention particulière doit être apportée aux textes à caractère administratif (procès-verbaux, politiques,  règlements, notes de service, etc.) émanant de la direction.

Un membre du comité de direction est responsable de l’application, de la diffusion et de la mise à jour du Guide relatif à la rédaction épicène : respect des genres masculin et féminin. Le présent guide remplace la Politique rédactionnelle non sexiste (2500-625) et est entré en vigueur le 17 juin 2008.

Objectifs et principes de l'Université

L’objectif de l’Université de Sherbrooke est d’assurer tant la visibilité des femmes que des hommes dans tous les textes publiés par l'Université, que ces textes soient à caractère pédagogique, administratif, journalistique, promotionnel ou informatif ou qu’il s’agisse de communications orales en contexte formel.

Dans cette perspective, l'Université s’est dotée d’un guide comportant des principes et des pratiques de rédaction visant à l’amélioration des pratiques rédactionnelles actuelles; au besoin, ce guide peut être appuyé par une série de formations sur la rédaction épicène.

  • Dans tous les aspects de son fonctionnement, l'Université doit respecter le plus possible l'équité et la justice sociale. En fonction de ces principes, les textes rédigés à l'Université doivent reconnaître le rôle et la contribution des femmes, et leur donner une visibilité équivalente à celle qui est accordée aux hommes.
  • L'Université a une responsabilité générale à cet égard, puisqu'elle contribue à former des personnes qui transmettent des valeurs et des habitudes de comportement qu'elles auront elles-mêmes développées au contact du milieu universitaire. Il est donc important de promouvoir l'équité entre les hommes et les femmes et de donner l'exemple quant aux moyens pouvant être utilisés pour assurer cette équité dans la rédaction des textes.
  • Les pratiques d'écriture que l'Université se donne pour mettre en évidence de façon équitable la présence des femmes et des hommes s’inscrivent dans le cadre évolutif de la langue française et permettent des textes clairs, lisibles et intelligibles.

Pour accéder à toutes les informations relatives à la rédaction épicène, consultez la section La rédaction épicène.