J'appuie la Faculté de médecine et des sciences de la santé

La Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) est fière de contribuer à l'avancement de la science dans le domaine de la santé et d'appuyer la relève à travers plusieurs initiatives porteuses.

Dans ses différents sites de formation, la FMSS met de l’avant des projets qui permettent aux étudiantes et étudiants de vivre des situations d’apprentissage dans la communauté. Ils pourront ainsi devenir des professionnels plus empathiques et à l'écoute.

Toujours axées sur le bien-être et la santé du patient, les recherches menées à la FMSS conduisent à de multiples découvertes. Pour les différentes équipes de recherche, la créativité et l'innovation n'ont pas de limites!

En faisant un don à la Faculté, vous prenez part à de nombreuses réussites qui auront une influence déterminante sur l’avenir de la population, et aidez à mettre en œuvre des projets tels que ceux-ci :  

Contribuer au succès de la population étudiante

Appuyer l'excellence et l'engagement étudiants

Chaque année, ce sont des dizaines d'étudiantes et étudiants qui reçoivent l'appui de donateurs pour l'excellence de leur dossier académique, pour leur engagement communautaire ou pour mener à bien des projets d'études à la Faculté de médecine et des sciences de la santé. En faisant un don pour des bourses d’études, les donateurs accompagnent les étudiants à travers leur cheminement et leur réussite et leur permettent de s’accomplir pleinement dans leurs études.

Fonds SEMIS : Développer le sens de l'empathie

Fondées sur la réciprocité, les initiatives soutenues par le Fonds SEMIS favorisent la responsabilisation, l’échange et l’interaction des étudiantes et étudiants de la FMSS avec la communauté. En partenariat avec les organismes et d’autres partenaires de la région, ils réalisent des projets qui répondent à des besoins réels dans les domaines des sciences de la vie et de la santé, et qui ont un impact direct sur les populations vulnérables.

Le Fonds valorise l’engagement étudiant pour faire de ses futurs médecins des êtres empathiques et solidaires de leur communauté. 

Soutenir l'enseignement et l'apprentissage

Le Laboratoire de simulation clinique offre des activités d’enseignement et d’apprentissage clinique, par le biais de la simulation, aux étudiantes et étudiants ainsi qu'au personnel professionnel des soins de santé. Ils y expérimentent différentes mises en situation dans un environnement réaliste.

La formation pratique reçue au Laboratoire contribue à développer leurs compétences et leur expertise, dans le but d'améliorer la qualité et la sécurité des soins à la population.

Mieux comprendre la pandémie

Répondre aux besoins liés à la COVID-19

Inhiber l'activité des enzymes pour stopper l'infection

Le projet de l’équipe du Pr Richard Leduc se base sur le fait que le virus ne peut se propager par lui-même, mais nécessite des éléments de la cellule hôte pour l'infecter. Entre autres, une protéine appelée Spike (Pointe), située à la surface du virus, doit être coupée par des enzymes localisées à la surface de la cellule hôte afin que le virus puisse pénétrer dans la cellule et se multiplier. La stratégie du laboratoire se base sur des composés qui peuvent inhiber l’activité des enzymes, et donc, empêcher le virus d’entrer dans la cellule. Les virus restant à l’extérieur seront alors détruits par les cellules du système immunitaire de l’hôte.

Dépister la COVID avec SHERBY-20

Le laboratoire du Pr Philippe Martin, qui effectue des centaines de tests de dépistage de la COVID, s’est rapidement activé lors de l’annonce de la pandémie afin de produire des enzymes nécessaires à leur analyse. En raison des besoins planétaires en réactifs, les ingrédients nécessaires à ce test sont venus à manquer. Le mélange préparé par l’équipe, baptisé SHERBY-20, est venu pallier ce manque au début de la pandémie. Si une autre pénurie devait survenir pour l’analyse des tests à Sherbrooke, l’équipe pourra poursuivre ses activités. 

Étudier les symptômes de la COVID-19

Lors de l’éclosion de la pandémie de COVID-19, le Pr Alex Carignan et son équipe se sont penchés sur la maladie et ses symptômes. Ils en sont venus à la conclusion que la perte du goût et de l'odorat représente l'un des symptômes prépondérants chez les personnes qui en sont atteintes. Présent chez environ deux personnes infectées sur trois, ce symptôme est même plus courant que la fièvre ou l’essoufflement!

Réduire les risques grâce aux probiotiques

Les probiotiques pourraient-ils avoir une incidence sur la lutte à la COVID-19, pour ainsi permettre de réduire l’impact de la maladie et même de sauver des vies? Voici l’hypothèse étudiée par l’équipe de recherche menée par le Pr Jean-Charles Pasquier. Il a déjà été prouvé que les probiotiques sélectionnés dans le cadre de cette étude peuvent agir sur plusieurs plans afin de lutter contre les infections virales. Pour certaines maladies à virus, ils ont permis de réduire la réponse inflammatoire responsable des symptômes respiratoires et d’offrir une protection contre les infections secondaires.

Les participants à l’étude, atteints de la COVID-19 et mis en quarantaine, recevront à même leur domicile tout ce qui leur est nécessaire pour prendre part à la recherche.

La vitamine C pour combattre la maladie

Pr François Lamontagne, Dr Neill Adhikari et leur équipe de recherche se penchent depuis quelques années sur les effets bénéfiques de fortes doses de vitamines C injectées par voie intraveineuse sur des patients aux soins intensifs présentant des infections sévères. Dans le contexte de pandémie de COVID-19, les cochercheurs ont démarré une étude complémentaire pour tester l’hypothèse selon laquelle le traitement de vitamine C pourrait avoir un effet sur la progression de la maladie, en réduisant les risques de détérioration qui mènent plusieurs patients hospitalisés atteints de la COVID-19 aux soins intensifs.

Faire progresser la recherche en santé

Chaire de recherche en traitement de la douleur et sur la pharmacologie des opioïdes

De 11 à 29 % des Canadiennes et Canadiens souffrent de douleurs chroniques. Cependant, malgré la prise d'analgésiques appartenant à la famille de opioïdes, c'est près de 60 % d'entre eux qui ne sont pas totalement soulagés. Ces médicaments peuvent aussi occasionner plusieurs effets secondaires désagréables.

C’est pour remédier à ce problème que Pr Louis Gendron et son équipe étudient les mécanismes de la douleur dans le but de développer de nouveaux outils thérapeutiques ainsi qu’un outil clinique pouvant prédire l’efficacité des traitements.

Chaire de recherche en neuroinformatique

La chaire de recherche en neuroinformatique dirigée par Pr Maxime Descoteaux a pour objectif général de contribuer à une meilleure connaissance du cerveau et à développer des technologies au service de la médecine à l’aide de la neuroinformatique.

Elle vise à développer des outils qui répondront à des besoins en clinique et pour la recherche biomédicale. À long terme, elle développera un nouvel outil précis et unique au monde de cartographie du cerveau, qui pourra non seulement être intégré en salle d’opération, mais qui permettra de découvrir de nouvelles connexions cérébrales et les anomalies qui peuvent les affecter.

Chaire de recherche axée sur le patient et les soins hospitaliers aigus

Grâce à la recherche, l’efficacité des soins s’est grandement améliorée durant les dernières décennies. Par exemple, la mortalité associée aux traumatismes et infections sévères a été réduite de moitié grâce à de nouveaux traitements et à la diminution du recours aux traitements nocifs.

La recherche axée sur les soins hospitaliers aigus a pour but :

  • D’améliorer l'efficacité de ce type de soins et de réduire les complications liées aux traitements administrés aux patients les plus vulnérables, pour une meilleure qualité de vie.
  • De valider l'efficacité et la sécurité des soins utilisés couramment, d'abord pour le bénéfice du patient, puis pour garantir une utilisation judicieuse de ressources limitées, puisque les coûts associés aux soins aigus sont exorbitants et limitent considérablement la viabilité du système de santé.

Chaire de recherche sur la maladie de Lyme et les infections émergentes

La chaire de recherche du professeur Alex Carignan se penche sur l’épidémiologie et la prise en charge de la maladie de Lyme et d’autres infections émergentes au Québec. Dans les dernières années, les cas de maladies de Lyme dans la province se sont multipliés. Cette maladie peut avoir de graves effets et complications chez les gens qui en sont atteints. Les recherches menées par l’équipe de la chaire vise à mieux comprendre l’infection pour développer des approches de prévention et de traitement. 

Soutenez, vous aussi, à la hauteur de vos moyens, des projets qui feront rayonner la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Toute la famille UdeS bénéficiera des retombées de votre don!
Je fais un don à la FMSS :
 Diplômée, diplômé de l'UdeS 
ou autre membre de la famille UdeS

Employé ou employée de l'UdeS

Un don à votre image

Pour soutenir la Faculté de médecine et des sciences de la santé dans ses nombreux projets et accompagner les étudiantes et étudiants dans leur réussite, vos dons peuvent prendre différentes formes. Donnez dès maintenant et appuyez la relève d'aujourd'hui, ou optez pour un don planifié et donnez à la prochaine génération les moyens de relever les défis de demain! Découvrez ici les possibilités qui s’offrent à vous.

Vous souhaitez appuyer un projet spécifique, déterminer quelle est la meilleure option pour vous, faire un don majeur ou discuter d'une idée novatrice liée à un don? Pour toute question relative à la philanthropie, veuillez communiquer avec le directeur du développement dédié à votre faculté, qui se fera un plaisir de répondre à toutes vos questions :

Charles de Sainte Marie
Directeur du développement
Faculté de médecine et des sciences de la santé
Charles.De.Sainte.Marie@USherbrooke.ca 
Tél : 819 821-8000, poste 75222