Aller au contenu

Projets

L'IPS partenaire clé de Médicaments Québec

La pandémie et la crise sanitaire dans laquelle nous sommes actuellement plongés ont permis de mettre en lumière les faiblesses du Québec au niveau de l’approvisionnement en médicaments et de la nécessité d’accroitre l’autonomie du Québec en matière de découverte, de mise au point et de production de médicaments.

Le gouvernement du Québec vient récemment d’accorder un financement de 13 M$ pour appuyer la création du projet Médicament Québec dont l’objectif est de relancer la filière du médicament. Ce projet multicentrique piloté par l’Université de Montréal, en collaboration avec plusieurs autres instituts (IRIC, IPS) et universités (Laval, McGill, Sherbrooke) aura pour objectif principal de développer des plateformes innovantes afin d’améliorer la chaine de découverte et de distribution des médicaments. Médicament Québec favorisera aussi les partenariats avec les entreprises pharmaceutiques innovantes, génériques et biotechnologiques et de fabrication et consolidera l’utilisation des approches en intelligence artificielle dans le processus de découverte et de développement des médicaments.

Les 3 piliers de Médicaments Québec

  • Découverte et synthèse de médicaments innovants

  • Technologies de production d’ingrédients actifs

  • Innovation en biopharmacie

Un 4e pilier est aussi en cours de création et pourrait prendre la forme d’un pilier appliqué aux biologiques comprenant les anticorps, les vaccins et les technologies de l’ARN.

L'IPS porteur du pilier 1

L’IPS sera directement impliqué dans l’initiative visant la découverte et la synthèse de médicaments innovants (pilier 1) et dans une moindre mesure dans le pilier 2. Pour répondre aux besoins croissants des centres de recherche académiques québécois et de partenaires industriels, un accroissement des capacités de l’unité de découverte est nécessaire.

Cela se traduira d’une part par une augmentation de la taille, la diversité et de la qualité des chimiothèques disponibles pour accroître les chances d’identifier des molécules actives, la mise en place d’un système intégré de gestions des collections de composés et des campagnes de criblage; et enfin par l’intégration de nouvelles technologies de conception et de production de médicaments candidats, incluant l’utilisation des approches de chémogénomique et l’intelligence artificielle