Aller au contenu

Mosaïque interculturelle

Au cœur de sa programmation 2021-2022 lancée sous le thème Les échanges nous changent, UdeS Monde propose la Mosaïque interculturelle, qui vise à recueillir les expériences internationales et interculturelles les plus marquantes des membres de l’UdeS et de ses communautés.

Les personnes intéressées à participer à la Mosaïque interculturelle n’ont qu’à transmettre à l'adresse suivante un balado, une vidéo ou leur photo accompagnée d'un texte de 50 à 75 mots décrivant l’échange interculturel vécu et son impact dans leur vie. Leur témoignage pourrait être partagé sur les médias sociaux de l'UdeS et ainsi en inspirer d'autres à faire de même...

Les témoignages de la Mosaïque...

Malika Bajjaje et Enrique Correa-Molina

« Décider de partir pour prendre racine ailleurs implique d’être prêt à changer et d’aller à la rencontre de l’autre avec l’intention sincère de mieux le connaître, de faire tomber ses préjugés et ainsi enrichir sa vision du monde. Nous sommes arrivés de deux continents différents sans imaginer que nos échanges permettraient un jour de mettre en valeur la rencontre des milieux communautaire et universitaire comme une occasion d’enrichissement mutuel. Car l’humain est au cœur de leurs missions respectives. »

Jean Goulet

« En 2007, j’ai enseigné un mois au Maroc, dans le cadre de la délocalisation de notre bac en informatique de gestion. Une expérience qui m’a changé, m’amenant à mieux comprendre le quotidien des gens de ce pays, à l’intérieur de leur culture. J’y ai découvert que d’aller leur enseigner chez eux leur évite le double choc, culturel et pédagogique, ce qui leur permet de se concentrer sur leurs études. »

Jemima Kalemba

« De mon échange étudiant au nord-est du Brésil, j’ai retenu qu’aller dans un pays qui nous est totalement inconnu peut être bien plus gratifiant qu’aller dans un pays qui nous serait plus familier. Pourquoi ? Parce qu’au final, des deux expériences, on repart le cœur scellé de souvenirs vécu un temps, mais que nous chérirons à toujours. Ces expériences deviennent des saveurs uniques et délicieuses qui tapissent le palais de nos vies et qui témoignent de la diversité émerveillante du monde qui se reflétera toujours par un sourire sur nos lèvres. »

Pascale Lafrance

« Même si mon emploi me permet de découvrir les cultures aux quatre coins du monde, c’est tout près de la maison que j’ai été transformée. Lorsqu’est venu s’installer à côté de chez moi, une famille originaire de Chine, c’est à travers les yeux des enfants que j’ai apprécié la transformation de la rencontre des cultures. Un geste en apparence banal, donner et recevoir un cadeau, prenait un sens inédit. Pour l’un, recevoir signifiait donner en retour. Pour l’autre, donner, c’était ne rien attendre en retour. Et au cœur de ce rapprochement, chacun a appris à donner et recevoir, à la façon de l’autre. »

Marwa Haddad

« Parce que le ciel est grand et les étoiles allument les nuits sombres, j'ai cru en moi et j'ai commencé par l’Université de Sherbrooke. L'échange administratif, scientifique, socioculturel et interculturel, le soutien psychologique, financier, la valeur d'un étudiant, le sentiment de sécurité, les encouragements, l'accueil chaleureux que j'ai vécu à l'Université de Sherbrooke, ont changé ma perspective de voir les choses. Et que la réussite n'est pas un miracle, mais il faut juste choisir le bon établissement. »

Andres Rojas

« Lorsque je suis arrivé à Sherbrooke il y a deux ans, je ne parlais ni ne comprenais le français. Depuis ce moment jusqu'à aujourd'hui, mon plus grand défi a été de pouvoir communiquer correctement. Cependant, cette expérience m'a amené à rencontrer des personnes extraordinaires de différentes parties du monde. Je me suis rendu compte qu'il existe un langage universel que nous comprenons tous, peu importe d'où nous venons : C'est la joie. Sourire a été ma meilleure façon de dire bonjour dans toutes les langues. »

Abdel Mekki Berrada

« Durant mon parcours d’étudiant international, j’ai eu la chance et le privilège de côtoyer des personnes extraordinaires, ouvertes aux autres, qui m’ont tendu la main, qui m’ont soutenu admirablement dans mes projets et qui surtout ont cru en mes compétences en m’accordant une confiance indéfectible sans aucun préjugé.

Aujourd’hui en tant que professeur et vice-doyen, je me dois de tendre la main à mon tour à toute étudiante et étudiant international. Je demeure convaincu que nos connaissances s’enrichissent par notre diversité ! »

Gabrielle Gagnon

« Lorsque j’ai terminé mon bac, je n’avais pas envie de me lancer sur le marché du travail. Je souhaitais vivre d’autres expériences, et l’appel de l’international s’est fait sentir. J’ai joint un organisme de coopération qui proposait des stages de quelques mois au Honduras, auprès d’enfants de quartiers défavorisés. J’y ai vécu des moments qui ont marqué ma vie à jamais. Ces délicieuses baleadas cuites sur le feu par une vieille dame dans un marché de Tegucigalpa, des enfants fiers de nous offrir leurs plus beaux dessins, des artisans qui vendaient des bijoux sur les marches du Congreso et qui sont devenus des amis, avec qui échanger sur le monde…  bref, des gens extraordinaires, qui mordaient dans la vie à pleine dents, malgré leur quotidien extrêmement difficile.  »

Bénédicte Geay

« Il est des expériences de vie qui vous font réaliser à quel point les valeurs d’entraide et d’ouverture sont essentielles. Vivre quelques semaines en 1989 dans un village de Mauritanie : ressentir la pression de la dictature, la vie des femmes dans une culture polygame, les castes… et les esclaves, c’est réaliser à quel point nous sommes choyés. Et pourtant, je ne peux oublier le sens du partage de cette communauté et surtout ces regards d’enfants empreints de joie de vivre et d’espoir en l’avenir. »