Persistances seigneuriales au Québec

L’exemple de la seigneurie de Beaupré (2016)

Dès l’avènement du régime seigneurial en terre canadienne, au XVIIe siècle, l’Église catholique s’est imposée comme un acteur incontournable dans la propriété de fiefs. On admet généralement que le quart du territoire seigneurial appartenait à des institutions ecclésiastiques, qu’il s’agisse du Séminaire de Saint-Sulpice, du Séminaire de Québec, des Jésuites ou encore des congrégations féminines comme les Ursulines ou les Augustines (Dechêne, 1987; Laberge, 2010). Les archives de ces communautés ont d’ailleurs permis de réaliser plusieurs études d’histoire seigneuriale, dont certaines sont devenues de véritables classiques (Dechêne 1974, Dépatie et al., 1987, Lavallée, 1992).  Ces travaux ont principalement porté sur le régime français ou du moins sur la période précédant l’abolition (1854). Cependant, on ignore souvent que cette abolition s’est réalisée de manière très progressive et a maintenu les « seigneurs » en pleine possession des terres non concédées et de leurs terres domaniales. Les travaux que nous avons mené et dirigé ont étudié cette lente extinction de la propriété seigneuriale et ses persistances jusqu’à nos jours, entre autres pour les acteurs ecclésiastiques (Grenier, 2010, 2012, 2013, Morissette 2014).

Parmi ces communautés religieuses, le Séminaire de Québec se distingue à plus d’un titre. Son vaste patrimoine seigneurial est essentiellement un « héritage » de son fondateur, François de Laval. Parmi ses seigneuries, celle de Beaupré est de loin la plus vaste et la plus significative en termes d’histoire et de mémoire. Le film aborde la mémoire de cet « héritage » avec des extraits de témoignages réalisés dans le cadre de notre recherche avec deux figures incontournables de cette institution : le chanoine Jacques Roberge, supérieur et ancien procureur, et M. Jacques Laliberté, régisseur des forêts.

Réalisation : Stéphanie Lanthier
Entrevues : Benoît Grenier
Assistant technique et coordonnateur du projet : Michel Morissette

Pour en savoir plus sur le sujet

GRENIER, Benoît, « Le patrimoine seigneurial du Séminaire de Québec ou l’héritage matériel de François de Laval », dans Étienne Berthold, dir., Le patrimoine des communautés religieuses. Empreintes et Approches, Québec, Presses de l’Université Laval, 2018, p. 21-51.