Jean-Philippe Carlos

Doctorant en histoire
Jean-Philippe.Carlos@USherbrooke.ca

Titre du projet de thèse

« Le rebelle traditionaliste » : une biographie intellectuelle de François-Albert Angers (1909-2003)

Résumé

L’objectif de mon projet de recherche doctoral est d’étudier la trajectoire intellectuelle de François-Albert Angers dans le contexte d’une société québécoise en rapide évolution, en analysant la manière par laquelle ce penseur agit à titre d’observateur critique, mais lucide, de la modernité au Québec. Économiste pionnier de l’École des hautes études commerciales de Montréal, intellectuel et nationaliste engagé, Angers est un penseur dont l’influence dépasse les barrières idéologiques et partisanes.

En ce sens, ma thèse prend la forme d’une biographie intellectuelle et est composée de deux trames en interaction. La première vise à explorer les différents contextes réseautiques (organisations militantes, milieux intellectuels et institutionnels) dans lesquels évolue Angers durant sa vie active, entre les années 1930 et 1990, et à mesurer à la fois son influence et ses liens avec les différents acteurs de ces réseaux. La deuxième porte sur l’évolution de sa pensée au niveau économique (libéralisme, corporatisme, coopératisme), sociopolitique (nationalisme, fédéralisme, démocratie, rôle de l’État) et culturel (statut de la langue française, éducation, confessionnalité, identité canadienne-française et québécoise). La période étudiée s’étend de 1937, moment où Angers s’investit pour la première fois dans un milieu intellectuel (L’Action nationale), jusqu’au début des années 1980, époque durant laquelle il se retire de la vie professionnelle active. Entre ces deux dates, c’est toute l’histoire de la modernisation de la société québécoise et de la remise en question des anciennes valeurs culturelles canadiennes-françaises qui est au centre des préoccupations des intellectuels du Québec.

Direction de la thèse

Pr Harold Bérubé
Pr Stéphane Savard (Université du Québec à Montréal)

Mots clés reliés au projet de thèse

Intellectuels, nationalisme, réseaux, fédéralisme, pensée économique, traditionalisme, question linguistique, éducation, centralisation.

Autres renseignements

Études universitaires antérieures

  • Microprogramme de formation initiale en enseignement au collégial, PERFORMA (Université de Sherbrooke, 2016)
  • Maîtrise en histoire (Université de Sherbrooke, 2015)
  • Baccalauréat en histoire (Université de Sherbrooke, 2013)

Mémoire de maîtrise

Contacts, échanges et ruptures : l’évolution du réseau intellectuel indépendantiste québécois à travers ses revues (1956-1968)

Bourses et distinctions

  • Bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier, CRSH, 2017
  • Bourses de valorisation des travaux de recherche des étudiantes et étudiants à la maîtrise et au doctorat, Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, 2016, 2017 et 2019
  • Bourse de doctorat du FRQSC, 2016-2017
  • Finaliste au Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant du Prix du livre politique de l'Assemblée nationale du Québec (prix accompagnés de la Médaille de l’Assemblée nationale), 2016
  • Bourse doctorale de recherche du Conseil de la vie française en Amérique (CVFA) de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord (CEFAN), 2016
  • Bourse institutionnelle (doctorat) du Département d’histoire de l’Université de Sherbrooke, 2015
  • Bourse institutionnelle (maîtrise) du Département d’histoire de l’Université de Sherbrooke, 2014

Publications et communications 

Direction de numéros de revues
  • « L’histoire politique au Québec : un état des lieux », Bulletin d’histoire politique, vol. 25, no. 3 (printemps 2017)
  • « Le 150e anniversaire de la Confédération canadienne », Revue d’histoire de l’Université de Sherbrooke, vol. 9-1 (2016)
Articles de revues
  • « " Ma chicane avec l’impôt " : une critique traditionaliste de l’État-providence canadien (1945-1957) », Canadian Historical Review, 32 p. (accepté pour publication)
  • « " Le temps des revues est peut-être passé? " : les réseaux intellectuels indépendantistes face au Parti québécois (1967-1971) », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 72, no. 1, été 2018, p. 5-29
  • « Le bilinguisme qui nous tue : André d’Allemagne et la question du bilinguisme institutionnel au Québec (1958-1968) », Bulletin d’histoire politique, vol. 26, no. 2 (hiver 2018), p. 154-170
  • « L’histoire politique au Québec : un état des lieux », Bulletin d’histoire politique, vol. 25, no. 3 (printemps 2017), p. 11-15
  • « La recherche en histoire politique au Québec : du refoulement à l’épanouissement (1960-2016) », Bulletin d’histoire politique, vol. 25, no. 3 (printemps 2017), p. 16-39
  • « " Exprimer la conscience d’un peuple " : le réseau des revues intellectuelles de droite et la question de l’indépendance nationale du Québec (1957-1968) », MENS. Revue d'histoire intellectuelle et culturelle, vol. 15, no. 2, printemps 2015 (publié au printemps 2016), p. 7-47
Articles de collectifs
  • « " La fédération est bien malade d’avoir voulu nous digérer... " : l’évolution de la pensée fédéraliste des intellectuels traditionalistes à travers le cas de figure de François-Albert Angers (1945-1973) », collectif de la journée d’étude Histoire de la pensée fédéraliste au Québec : émergence, déploiement, essoufflement (1960 à aujourd’hui), 25 p. (accepté pour publication)
Actes de colloques
Comptes rendus de lectures
  • Jean-Charles Panneton, Le gouvernement Lévesque (tome 1) : de la genèse du PQ au 15 novembre 1976, Québec, Septentrion, 2016, 360 pages, dans Bulletin d’histoire politique, vol. 26, no. 1 (automne 2017), p. 354-356
  • Jean-François Nadeau, Bourgault, Montréal, Lux éditeur, 2016, Nouvelle édition, 600 pages, dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 71, no. 1-2 (été-automne 2017), p. 168-170
  • Jean-François Laniel et Joseph Yvon Thériault (dir.), Retour sur les États généraux du Canada français. Continuités et ruptures d’un projet national, Québec, Les presses de l’Université du Québec, 2016, 410 pages, dans Minorités linguistiques et sociétés, no. 8, 2017, p. 124-127
  • Claude Cardinal, Une histoire du RIN, Montréal, VLB, 2015, 504 pages, dans MENS. Revue d'histoire intellectuelle et culturelle, vol. 16, no. 2 (hiver 2016), p. 110-113
  • Mathieu Lapointe, Nettoyer Montréal. Les campagnes de moralité publique, 1940-1954, Québec, Septentrion, 2014, 400 pages dans Canadian Historial Review, vol. 97, no. 4 (hiver 2017), p. 590–591
Communications

Conférences dans le cadre de colloques scientifiques

  • « Les intellectuels nationalistes québécois et le Rapport Pepin-Robarts : le cas de la revue L’Action nationale », colloque « Se retrouver - 40 ans après le rapport de la commission Pepin-Robarts : l’unité canadienne encore en débat? », Chaire de recherche Jean-Luc Pépin, Université d’Ottawa (17-18 octobre 2019)
  • « Une indépendance à géométrie variable : la place des femmes dans le mouvement indépendantiste québécois durant la Révolution tranquille », colloque « Grâce à elle(s)? : le rôle des femmes dans la construction du Canada », Association française d'études canadiennes, Université Bordeaux-Montaigne, Bordeaux (12-14 juin 2019)
  • « Célébrer une imposture historique? » : les intellectuels indépendantistes québécois et la commémoration du 100e anniversaire de la Fédération canadienne de 1967 », journée d’étude « La commémoration au Québec au XXe siècle : carrefour mémoriel et identitaire » organisée par le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, Université du Québec à Montréal, Montréal (22 mai 2019)
  • « " La Fédération est bien malade d’avoir voulu nous digérer… " : la pensée fédéraliste des intellectuels traditionalistes canadiens-français durant les années 1950 et 1960 », colloque « Histoire de la pensée fédéraliste au Québec de 1960 à aujourd’hui » organisé par le CRIDAQ, Université du Québec à Montréal, Montréal (1er et 2 novembre 2018)
  • « Le temps des revues est peut-être passé? Les réseaux intellectuels indépendantistes et le Parti québécois (1967-1971), 71e congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française « L’histoire dans la cité », Université du Québec à Trois-Rivières, Drummondville (18-20 octobre 2018)
  •  « " Exprimer qui nous sommes ": François-Albert Angers et l’adhésion des intellectuels traditionalistes à l’idée indépendantiste durant la Révolution tranquille », 70e congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française « Rencontres et échanges en Amérique française », Université du Québec à Montréal, Montréal (19, 20 et 21 octobre 2017)
  • « De l’impossibilité du biculturalisme canadien : François-Albert Angers et la tentation indépendantiste de la droite traditionaliste canadienne-française (1959-1967) », Colloque « Confédération et dualité nationale », Campus St-Jean de l’Université d’Alberta, Edmonton (27-29 avril 2017)
  •  « De la marge vers le centre : aux origines intellectuelles de la convergence des forces indépendantistes au sein du Parti québécois », Colloque annuel du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa (CRCCF) « Acteurs et mobilisations : militants, intellectuels, engagements et francophonies canadiennes », Ottawa (9-10 mars 2017)
  • « De l’idéal théorique à la " Realpolitik " : mobilité réseautique et transferts idéologiques entre le réseau intellectuel indépendantiste et le Parti québécois (1967-1971) », 69e congrès de l’Institut d’histoire de l’Amérique française « Transmissions et transferts », Université du Québec à Chicoutimi, Saguenay (6, 7 et 8 octobre 2016)
  •  « L’histoire politique québécoise, d’hier à aujourd’hui », Journée d’étude « Nouvelles perspectives en histoire politique : la politique au Québec à travers ses acteurs, ses espaces et ses institutions (19e-20e siècles) », Université de Sherbrooke (8 avril 2016)
  •  « Ce bilinguisme qui nous tue : André d’Allemagne et la question du bilinguisme au Québec », Colloque annuel du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa (CRCCF) « Le bilinguisme canadien comme projet : l’histoire d’une utopie et de sa réalisation », Ottawa (3-4 mars 2016)
  •  « De la révolte à la révolution : Parti pris et la " démystification " de la situation coloniale au Québec, 1963-1968 », Colloque des étudiant.e.s en histoire de l’Université de Sherbrooke « Des bibliothèques qui brûlent? Éducation, enseignements et transmission des savoirs », Sherbrooke (11 et 12 février 2015)
  • « Les intellectuels québécois à l’heure de la décolonisation. Le cas de La Revue socialiste, 1959-1965 », Colloque des étudiant.e.s en histoire de l’Université de Sherbrooke « L’histoire en conflit : Engagements, revendications, affirmations, affrontements », Sherbrooke (12 et 13 février 2014)

Conférences sur invitation

  • « La Révolution tranquille et l’essor du mouvement indépendantiste », conférence donnée à la Société d’histoire et de généalogie de l’île Jésus, Laval (12 février 2018)
  • « De la tour d'ivoire à l'arène politique : les réseaux intellectuels indépendantistes et la question de l'appui tactique au Parti québécois (1967-1971) », Midis-conférences en histoire, Université de Sherbrooke (29 septembre 2016)

Séances de cours

  •  « L’individu en histoire politique et intellectuelle et les usages de la biographie ». Séance donnée dans le cadre de l’activité de recherche Histoire politique du Québec/Canada depuis 1939 (HIS 558Y-30), Université du Québec à Montréal (octobre 2017)