L'apprentissage de la liberté : mutations de la censure au Québec, de l'abolition de l'Index au lendemain de la crise d'Octobre (1966-1971)

Sophie VINCENT 

La période 1966-1971 au Québec a été beaucoup étudiée à partir de multiples points de vue, qu'ils soient politiques, historiques, sociaux, culturels, etc. On a reconnu maintes fois l'impact de l'Expo 67 sur l'évolution des moeurs et de la culture; on a tenté de comprendre de mille façons la montée de la gauche radicale et d'interpréter la crise d'Octobre sous bien des coutures. L'objectif de ce mémoire est de comprendre cette période bouillonnante à travers une nouvelle loupe, celle de la censure. Qu'advient-il de la censure au Québec après 1966? Disparaît-elle? Le corpus étudié permet de présenter une lecture de cette période qui détruit le préjugé de la disparition de la censure avec la Révolution tranquille. Cette recherche repose essentiellement sur le dépouillement du Devoir de 1966 à 1971 et de quelques fonds d'archives, dont le fonds Parti-pris et le fonds Gaétan-Dostie, conservés à la Bibliothèque nationale du Québec. Les bornes de la période étudiée sont déterminées d'une part par l'abolition de l' Index par Rome en 1966, et d'autre part par les lendemains de la crise d'Octobre, en 1971