Les technologies dans l'édition littéraire au Québec de 1945 à 2000 : perspectives et prospectives 

Michel GAGNÉ

Ce mémoire se veut avant tout historique. Les études et les essais sur les nouvelles technologies de l'information (NTI) sont abondants, mais les perspectives historiques sont rares. Nous ne prétendons pas faire un travail innovateur, mais nous désirons faire connaître l'usage des NTI dans le monde éditorial québécois. Notre étude débute par un historique succinct des technologies de l'imprimé. Nous passons en revue les objets primitifs, les outils utilisés en Orient, puis les machines inventées en Occident pour répondre aux besoins de l'ère industrielle naissante. Nous faisons par la suite une brève revue de l'évolution des appareils mécaniques et électroniques permettant la reproduction de texte et d'image. Nous proposons ensuite un inventaire des technologies informatiques disponibles pour l'édition littéraire. Les ordinateurs servent désormais de maquettes, d'outils de mise en page, de traitement de textes et de tables de montage pour l'édition. Aussi, il ne s'agit plus que d'écrire et d'imprimer avec un ordinateur; celui-ci sert désormais d'outil de communication puissant et efficace. Cette communication n'est plus celle que nous connaissons depuis toujours: auteur, éditeur, lecteur. Elle peut désormais se faire dans tous les sens grâce aux nouveaux modes d'écriture et de lecture que sont les hypertextes et les hypermédias. Ainsi, nous passons en revue ces nouveaux modes de communication de l'objet livre et nous voyons qu'ils s'appliquent dans le domaine littéraire, certes, mais davantage dans le domaine didactique. Finalement, nous dressons un portrait de l'utilisation actuelle des NTI chez les éditeurs littéraires québécois à l'aide d'une enquête réalisée auprès d'eux. Cette enquête se veut la confirmation de ce que nous avions comme hypothèse de départ: les NTI font désormais inévitablement partie du paysage éditorial québécois.