Louis-Marcel Raymond, critique de théâtre et promoteur des écrivains français pendant la Deuxième Guerre mondiale et l'après-guerre

Marie-Josée ROBITAILLE

Aujourd'hui oublié, Louis-Marcel Raymond fut, dans les années trente, quarante et cinquante, un critique littéraire, surtout théâtral, respecté. Louis-Marcel Raymond a eu une double carrière. En plus d'être critique, il fut un botaniste au Jardin botanique de Montréal. Il publia quelques essais, dont le plus important, Le Jeu retrouvé (1943), fit reconnaître son expertise jusqu'en France. Né en 1915 à Saint Jean, il fréquenta le prestigieux Collège Sainte-Marie à la fin des années trente. Il y rencontra alors les directeurs et collaborateurs de La Relève , des hommes qui lui seront utiles tout au long de sa carrière en littérature. Sa période la plus productive comme critique se situe dans les années quarante, alors qu'il publia des chroniques dans plus d'une douzaine de revues, journaux et périodiques. Sa critique des années cinquante porte presque exclusivement sur le théâtre. Alors qu'il a consacré les années quarante à définir ce qu'est le théâtre authentique, il appliqua les principes de ce théâtre, fondé sur les notions de convention et de jeu, à ses critiques du Devoir pendant la première moitié des années cinquante. Louis-Marcel Raymond mourut prématurément à Montréal, en 1972.