Mémoire - Résumé

« Posture et figure dauteur de Chrystine Brouillet : entre raffinement et simplicité »

Marie-Ève Cloutier

Ce mémoire vise à questionner les liens entre l’auteur, sa posture, sa figure et la réception critique de son œuvre. Depuis que Michel Foucault a défini l’auteur comme étant un « être de raison », les études portant sur la figure de l’auteur se sont déployées, suivant le développement de la sociologie de la littérature et l’étude des trajectoires d’écrivains. Un sujet cependant reste guère exploité : peu de recherches se penchent sur le rôle que joue la « façon d’être » d’un écrivain sur la figure qui en découle par la suite, et qui est nécessairement construite par l’ensemble des agents du champ. Pascal Brissette, Marie-Pier Luneau et Marie-Ève Riel ont réalisé des recherches sous cet angle en étudiant respectivement les cas d’Émile Nelligan, de Lionel Groulx et de Gabrielle Roy, des écrivains du XXe siècle. Qu’en est-il du rôle de la posture d’auteur dans le champ littéraire actuel?

Marie-Ève Cloutier a choisi d’étudier le cas de Chrystine Brouillet. Son analyse se base sur les conclusions des chercheurs mentionnés précédemment, selon lesquels la posture d’un auteur, en cas de réussite, confirme la lecture d’une œuvre. À l’aide des théories portant sur l’écrivain, elle étudie ici la trajectoire de l’écrivaine dans le champ littéraire, en caractérisant la posture que cette dernière développe au fil des années. Par la suite, la recherche se penche sur l’implication de cette posture dans la figure que lui ont construite les éditeurs, journalistes, critiques. Cette figure n’est pas sans avoir un lien avec la réception de son œuvre, ce pourquoi le mémoire analyse en parallèle les critiques à son endroit.

Les résultats confirment que la posture de Chrystine Brouillet, bien qu’elle n’incarne pas l’unique facteur qui influence le sort de ses livres, induit la construction positive d’une figure d’auteur qui oriente globalement la réception critique de son œuvre.