Mémoire - Résumé

Jacques Ferron et l'édition : la médiation éditoriale dans le processus de légitimation d'un oeuvre

François D'AMOURS

La légitimation progressive de l'oeuvre de Jacques Ferron s'est déroulée à travers des changements importants du champ littéraire québécois et du monde de l'édition. Ce parcours lié à différents contextes institutionnels, qui reflètent la plupart du temps une structure éditoriale déficiente, montre les difficultés rencontrées par l'écrivain pour se faire publier.

En vingt-cinq ans, soit de 1949 à 1973, les textes de Jacques Ferron ont vogué au gré des conditions du marché du livre: il débute son parcours éditorial dans un marché en pleine déprime et il se bute à l'impossibilité de se faire éditer. Il contourne cette difficulté en se faisant éditer à compte d'auteur grâce à la complicité d'un imprimeur artisan. Puis, à partir des années 1960, alors que le champ éditorial québécois se structure grâce à l'intervention d'appareils d'État, Jacques Ferron peut enfin publier sa production d'écrivain de manière professionnelle. Son parcours éditorial illustre la progression de l'oeuvre vers les positions dominantes du champ littéraire.

Une autre manière d'envisager la légitimation de l'oeuvre de Jacques Ferron dans une perspective éditoriale consiste à analyser les relations qu'il a entretenues avec l'instance critique durant ces vingt-cinq années. D'une part, une revue du discours critique consacré à son oeuvre montre avant tout que la réception du prix du Gouverneur général en 1963 enclenche le processus de reconnaissance qui s'imposera par la suite. Ce portrait de la critique ouvre la voie à l'étude des relations entre Ferron et un critique en particulier, André Major, et montre que rien n'a été négligé pour faire connaître Ferron.

Enfin, une approche bakhtinienne permet de suggérer des éléments d'explication au sujet du positionnement de Ferron par l'étude d'un livre et de son éditeur: Papa Boss, publié aux Éditions Parti pris en 1966. Cette partie du travail approfondit un moment charnière du parcours éditorial dans lequel on voit que Ferron conteste les fondements même des systèmes politique, économique et idéologique dans lesquels le Québec se trouve. Papa Boss se situe en droite ligne avec les préoccupations de Parti pris, tout en maintenant une différence certaine avec la production de la maison.

Il en ressort que l'oeuvre a pu être identifiée à la jeune littérature d'alors à cause du fait que Ferron a été édité dans des lieux identifiés comme tel. En revanche, l'aspect éditorial ne peut expliquer entièrement la légitimation de l'oeuvre. Par ses relations et ses prises de position, Ferron a lui-même contribué à se faire un nom dans le champ. L'édition peut en ce sens être considérée comme un indice et un catalyseur de la légitimation de son oeuvre et non comme la cause unique et directe de celle-ci.