Mémoire - Résumé

Analyse et traduction en italien de La traduction est une histoire d’amour de Jacques Poulin

Doina CIOCHINA

L’œuvre qui fait l’objet du présent mémoire est La traduction est une histoire d’amour de Jacques Poulin. Le mémoire est divisé en deux parties. La première partie est elle-même divisée en trois sections. La première section présente de manière générale l’auteur et l’œuvre. La deuxième section présente les problématiques concernant la traduction d’une œuvre québécoise en Italie. On y trouve une analyse de la littérature québécoise et de son accueil dans une culture différente. Dans la même section, on présente l’approche traductive dans sa dimension théorique en analysant deux œuvres importantes : Dire presque la même chose d’Umberto Eco et La traduction et la lettre ou l’auberge du lointain d’Antoine Berman. Ces œuvres sont importantes pour le mémoire car ces deux auteurs présentent deux approches différentes mais en même temps connexes et d’une certaine façon complémentaires. Le parti pris du présent mémoire est de trouver une voie entre les deux. Dans la même section, on analyse les idées sur la traduction exprimées par Poulin et la figure du traducteur dans ses œuvres.

Dans la troisième section, se trouve la présentation de la méthodologie. Dans cette section, on traite des difficultés propres au transfert linguistique et culturel de La traduction est une histoire d’amour. En connexion avec ces dernières, on analyse le style de Poulin et les thématiques dans ses œuvres. Cette section est très importante car on explique les choix faits dans la traduction de l’œuvre.

La deuxième partie du mémoire est constituée de la traduction au complet de La traduction est une histoire d’amour de Jacques Poulin.