Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles) : les collections de monographies illustrées / A collective  factory of literary heritage (XIXth-XXIst centuries): The collections of illustrated monographs

Au cours du XIXe siècle, l’économie du livre, alors en plein essor, a été marquée par l’apparition de séries d’ouvrages consacrés aux écrivains. Qu’il s’agisse de biographies, de recueils de portraits ou encore d’essais critiques, l’iconographie, qui se développe grâce aux nouvelles techniques d’impression, y joue un rôle de plus en plus important. Contribuant à la fabrique d’un patrimoine littéraire fondé sur l’évocation de figures présentées comme admirables et sacralisées, ces collections sont partie intégrante de ce qui est apparu a posteriori comme une vaste politique d’extension du lectorat. Reste que, si elles ont marqué la médiation de la littérature et son histoire, elles constituent une niche encore relativement méconnue du champ éditorial, en dépit de leur impact sur le marché du livre et le rapport à la chose littéraire.

Pour ne prendre que l’exemple de la France, du lancement par Hachette, dans les dernières années du xixe siècle, de la collection « Les Grands écrivains français » (1887) aux « Albums de la Pléiade », lancés par Gallimard en 1960, en passant par « Poètes d’aujourd’hui » (Seghers, 1944) et « Écrivains de toujours » (Le Seuil, 1951), ces collections se sont multipliées. Au cours du temps, leurs fonctions au sein du domaine de la critique (et de la médiation de la littérature) se sont diversifiées en même temps que leurs formes.

Dès lors que le portrait est un genre mettant en jeu la relation entre le portraituré et le portraitiste, il convient d’envisager la production de ce type d’ouvrages comme le creuset de relations entre plusieurs agents. C’est la nature de ces relations, et leurs différentes modalités, qu’il s’agit d’interroger dans le cadre de ce dossier de Mémoires du livre / Studies in book culture, dans une perspective combinant l’histoire du livre, la sociologie de la littérature et l’analyse du discours.

Ce dossier, placé sous la direction de David Martens et de Mathilde Labbé, est en ligne à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/revue/memoires/2015/v7/n1/index.html