Nouvelles études en histoire de la lecture

La lecture constitue l’objet à la fois le plus désirable et le plus insaisissable dans l’étude de la vie des livres. Auteurs et éditeurs laissent forcément des traces de leur activité. Les lecteurs, eux, n’en laissent souvent aucune, aussi crucial le rôle qu’ils jouent dans l’existence d’un livre soit-il. Il est incontournable, pourtant, de s’intéresser à l’histoire de la lecture, car celle-ci permet de discuter du présupposé qui sous-tend les humanités, à savoir que ce sont les textes qui façonnent le monde. Pour prendre la mesure de l’importance de la littérature, on n’a qu’à penser à la façon dont les mots écrits par tel auteur finiront par donner naissance à un mouvement ou à un canon littéraires, voire à une révolution. Ce n’est pas pour rien que les études consacrées à la lecture prolifèrent : en examinant la relation qu’entretiennent d’autres personnes que soi avec les livres, on est en mesure de dépasser sa propre interprétation de ceux-ci pour en saisir l’incidence dans une perspective sociologique beaucoup plus large. Cette sociologie du texte débouche à son tour sur de nouvelles perspectives quant à la transmission et la diffusion des savoirs, de la culture et de l’idéologie. Elle permet aussi de renverser la posture habituelle pour envisager que certaines formes de littératie, ancrées dans une culture précise, puissent encadrer notre expérience du monde. Les études consacrées à cet objet diffus qu’est la lecture se multipliant, l’on ne s’étonnera pas que les moyens utilisés pour le circonscrire deviennent de plus en plus variés. Journaux intimes, archives de cercles de lecture et de sociétés littéraires, données sur les tirages, notes griffonnées dans la marge, sondages, catalogues de bibliothèques et de maisons de ventes aux enchères, état matériel des livres, représentations littéraires et artistiques de la lecture, mobilier même : voilà autant d’éléments qui sont utilisés pour comprendre l’usage que l’on fait des livres. Ce ne sont pas les excellents travaux qui manquent en la matière, mais beaucoup reste encore à faire. La question se pose encore, toujours aussi pertinente et stimulante : quelle est donc l’histoire de la lecture?

Ce numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture sera consacré à l’histoire de la lecture, de la réception et de la littératie, tous genres, périodes et médias confondus. Ce dossier, placé sous la direction de Eli MacLaren (Université de Carleton), est en ligne à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/memoires/2012/v3/n2/