Diffuser la science en marge : autorité, savoir et publication, XVIe-XIXe siècle / Fringe Science in Print: Authority, Knowledge, and Publication, 16th-19th century

Au cours de l'époque moderne, plusieurs institutions savantes - particulièrement les académies scientifiques fondées un peu partout en Europe au XVIIe siècle - tiennent à assoir leur autorité sur le domaine du savoir : elles se donnent alors pour mission de rassembler les meilleurs experts, de promouvoir les nouvelles découvertes et d’établir des standards scientifiques. Ainsi se crée assez tôt un lien entre ces instances et la diffusion du savoir au moyen des publications qu'elles approuvent. Malgré ce contrôle, les sciences ne sont pas seulement réservées à l'élite privilégiée et savante. Particulièrement à l'aube des Lumières, on observe comment la science - entendue ici comme toute forme de savoir technique et théorique -, s'intègre peu à peu à la vie culturelle d'une population aux horizons divers. Cet enthousiasme se manifeste en particulier dans la sphère de l'écrit, comme le démontre la multiplication des publications dites savantes. Déjà en 1735, Voltaire écrit : « Les vers ne sont plus guère à la mode à Paris. Tout le monde commence à faire le géomètre et le physicien ».

Face au nombre grandissant d'acteurs œuvrant au sein de la sphère du savoir écrit, de l'amateur obscur à l'académicien primé, comment se forge l'idée moderne de la "science", de celle dite "exacte" par rapport à celle dite "en marge"? Plus particulièrement, quel rôle joue la publication dans la diffusion des idées à caractère scientifique et l’établissement de nouvelles dynamiques de pouvoir et d’autorité entre les institutions académiques, les auteurs et le public? Ce sont ces questions que le présent numéro de Mémoires du livre / Studies in Book culture souhaite examiner.

Ce dossier, placé sous la direction de Marie-Claude Felton, est en ligne à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/revue/memoires/2014/v6/n1/index.html