Les lieux de sociabilités littéraires franco-canadiens : 1950-2000

Sous la direction de Lucie Hotte (U. d'Ottawa)

Subvention CRSH – Savoir, 2020-2025

Ce projet cherche à mieux comprendre le rôle des lieux de sociabilité littéraire dans le développement des littératures franco-canadiennes et leurs fonctions dans le processus de consécration des écrivains minoritaires. Les fonctions des lieux, le genre d’activités qui y sont tenues seront au cœur de l’analyse et permettront de définir leur valeur symbolique (avant et après la sociabilité littéraire qui y prend forme). Trois moments seront ciblés, soit celui de transition entre les institutions traditionnelles et les institutions modernes (années 1950-1960), celui où les institutions littéraires franco-canadiennes se mettent en place (années 1970 et 1980) et celui où elles se trouvent confrontées à une mondialisation grandissante (années 1990 et 2000). Le but final est de comprendre comment se construisent, se maintiennent ou parfois se dissolvent des communautés d’écrivains minoritaires afin d’identifier la valeur symbolique des lieux, de déterminer selon quelles conditions un lieu de sociabilité assure la continuité d’une communauté, et d’étudier la vie littéraire en fonction des relations sociales concrètes et leur impact sur la vitalité des communautés.

Gabriel Marcel, philosophe français et conférencier invité, avec Gabrielle Bourque, secrétaire de la Société, Ottawa, 19 avril 1956. Photographe: Champlain Marcil (Le Droit). Université d'Ottawa, CRCCF, Fonds Société d'étude et de conférences, section Ottawa-Hull (C70), C70-Ph201-7