INFOGRELQ 18

Parution

Jacques MICHON

«Les éditeurs de littérature française aux États-Unis et en Amérique latine durant la Deuxième Guerre mondiale», Papers of the Bibliographical Society of Canada / Cahiers de la Société bibliographique du Canada, vol. 33, no 2, 1995, p. 61-83. Cet article constitue la version française d'une communication présentée au congrès de SHARP (Society for the History of Authorship, Reading and Publishing) qui a eu lieu à Washington en 1994.

Séminaires 1996-97

Département des lettres et communications, Université de Sherbrooke

Automne

  • LIT 772 - «Théories de la lecture»
    Jacques Michon ; professeur invité: Alberto Cadioli (Université de Milan)

Hiver

  • LIT 747 - «L'édition littéraire au Québec»
    Richard Giguère
  • LIT 760 - «Histoire culturelle et revues québécoises»
     Jacques Beaudry

L'équipe s'agrandit

Nous sommes heureux d'annoncer l'arrivée d'André Marquis, professeur au Département des lettres et communications, et de Manon Poulin, professeure au Collège de Sherbrooke, qui se joignent à l'équipe. Pour ces deux chercheurs, il s'agit d'un retour au sein du groupe de recherche. En effet, André Marquis a travaillé au GRÉLQ, en tant qu'assistant, alors qu'il était étudiant aux études supérieures dans les années 1980; il a, entre autres, collaboré à la publication de L'Édition de poésie (Ex Libris, 1989). Manon Poulin a également été assistante au GRÉLQ alors qu'elle préparait un doctorat sur la Librairie générale canadienne et les Éditions du Zodiaque, soutenu à la Faculté des lettres et sciences humaines en 1994.

Ces nouvelles collaborations arrivent à point nommée au moment où l'équipe termine les deux premières parties de sa recherche, consacrées à la période 1900-1939, et s'apprête à amorcer le troisième volet de L'histoire de l'édition littéraire au Québec consacrée aux années 1940. Le développement des études sur l'édition et l'avancement du chantier exigeaient cet élargissement de l'équipe qui compte maintenant sept professeurs, une vingtaine d'assistants et deux chercheurs postdoctoraux.

La croissance extraordinaire de la production de livres au Québec à partir de la Deuxième Guerre mondiale nécessitait l'apport de nouvelles ressources en même temps qu'une spécialisation des tâches. La constitution de sous-groupes consacrés à des secteurs particuliers (édition de poésie, édition pour la jeunesse, édition des communautés religieuses, édition commerciale, censure) a marqué une étape importante dans cette direction. L'arrivée d'André Marquis et de Manon Poulin qui s'attarderont respectivement à l'édition littéraire des entreprises de presse et aux éditeurs de littérature pour l a jeunesse, nous permettront de consolider cette structure en effectuant une meilleure répartition des dossiers de recherche. L'attribution d'une importante subvention du Fonds FCAR (154 000 $ par année de 1996 à 1999, dans le cadre d u volet «Équipe de recherche»), vient confirmer ce développement stratégique tout en reconnaissant la valeur du programme scientifique.

L'équipe de recherche comme lieu de formation aux études supérieures constitue l'un des mandats importants et reconnus du GRÉLQ. À cet égard, chaque année, les professeurs de l'équipe et des professeurs invités offrent un certain nombre de séminaires de maîtrise et de doctorat dans le programme de littérature du Département des lettres et communications. Au cours des séminaires, les instruments théoriques et méthodologiques sont discutés et plusieurs études de cas sont effectuées à partir des archives d'éditeurs, des correspondances d'écrivains et de la documentation rassemblée et produite par l'équipe depuis 1982. Les séminaires ont porté jusqu'à maintenant sur «La censure au Québec» (FRN 764), «Les correspondances littéraires» (FRN 766), «L'édition littéraire au Québec» (LIT 747), «Le statut de l'écrivain» (LIT 746) et l'«Histoire culturelle et revues québécoises» (LIT 760). Un nouveau séminaire est offert cet automne sur les «Théories de la lecture» (LIT 772) au cours duquel nous aurons le plaisir de recevoir le professeur Alberto Cadioli de l'Université de Milan, reconnu pour ses recherches dans le domaine de l'édition littéraire en Italie. Au premier cycle, un certain nombre de cours sont également offerts, portant en totalité ou en partie sur des questions d'édition: «Sociologie de la littérature» (LIT 180), «Littérature et censure au Québec» (LIT 390), «Littérature de jeunesse» (LIT 494), «Revues littéraires et culturelles» (LIT 495) et «Édition québécoise au XXe siècle» (LIT 550). Cette banque de cours, donnés régulièrement dans le cadre du baccalauréat en études françaises (majeure en littérature), constitue déjà l'amorce d'un certificat sur l'édition littéraire.

Pour obtenir plus d'information sur les publications, les communications des chercheurs, les mémoires de maîtrise, les thèses de doctorat, les séminaires, les cours offerts et les travaux en cours, on peut désormais consulter la page Web du GRÉLQ à l'adresse suivante :InfoGRELQ no 18

Prix Frances E. Russell

En juillet 1996, l'IBBY Canada (International Board on Books for Youth) décernait à Suzanne Pouliot, professeure titulaire à la Faculté d'éducation, le Prix Frances E. Russell 1995, d'une valeur de 1 000 $, pour sa contribution à la littérature de jeunesse.

La professeure Pouliot a co-organisé avec le professeur Jean Perrot de l'Université de Paris VIII, directeur du Centre international Charles Perrault (Eaubonne, France), le colloque Contes et cultures indiennes du Québec les 17 et 18 mai 1996 à Eaubonne. «Contes, légendes et représentations de l'altérité» était le titre de la conférence d'ouverture, donnée par Madame Pouliot.

Suzanne Pouliot a présenté - «Tête bêche, lieux spatiotemporels de jonction et de disjonction» au Congrès mondial du Conseil international des études francophones (CIEF), tenu à Toulouse (France) du 8 au 16 juin 1996. Cette collection, éditée par la maison d'édition HMH, regroupe, en huit livres, seize auteurs de la francophonie. L'exploration des représentations spatio-temporelles de cette collection révèle des aménagements particuliers selon les culturels d'appartenance (française, marocaine, québécoise), traduit la mise au monde d'univers symboliques par le truchement des visages et des paysages, et illustre, sous le mode thématique, le capital symbolique de la pluriethnicité, composé de différences discursives, textuelles et iconiques.

Lors du Congrès international de la fédération des professeurs de français (FIPF) qui a eu lieu à Tokyo du 25 août au 2 septembre, Suzanne Pouliot a présenté «Les romans historiques : lieux de dévoilement de cultures plurielles en français». Elle a présenté l'état des lieux de ce roman hybride en soulignant les cinq principales orientations actuelles de ce roman poly générique dans le champ de la littérature de jeunesse.

Lors du Congrès annuel de la Fédération québécoise des enseignants de français, langue seconde, tenu à Laval (21-23 mars), Suzanne Pouliot a présenté «La littérature de jeun esse à la croisée des stratégies et de l'interculturel». A partir d'un corpus restreint de seize romans, cette communication a mis en relief les stratégies discursives, utilisées par les protagonistes pour réaliser l'accommodement culturel.

Deux collections des Éditions de l'Hexagone

Le mémoire de Marie-Hélène Marcoux porte sur deux des plus importantes collections des Éditions de l'Hexagone, «Les Matinaux» (1954-1972) et la collection «Rétrospectives» (1963-1983). Chacune d'elles, est mise en rapport avec l'histoire de la maison, le fonctionnement interne des collections et leur économie dans le contexte des petites entreprises d'éditions de poésie créées dans les années 1950 et 1960 au Québec.

Après un parcours historique des Éditions de l'Hexagone, le mémoire présente le projet et les objectifs des collections. Il reconstitue les circonstances de fondation et étudie le mode de financement et le paratexte. Le dernier chapitre s'arrête à la réception critique des titres publiés dans les collections pour dégager l'image de marque de chacune d'elles. La collection «Les Matinaux», par la publication des «premiers chants» de jeunes poètes, a permis à la maison de se faire reconnaître dans les années 1950 comme représentative de la nouvelle poésie. Plus tard, avec la collection «Rétrospectives», l'Hexagone s'impose comme éditeur d'une «poésie nationale, projet central de Gaston Miron. La collection «Rétrospectives» a instauré, à elle seule, une véritable tradition.

MARCOUX, Marie-Hélène, Des «premiers chants» à la création d'une tradition (1954-1983), Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, janvier 1996, 235 f. Directeur : Richard Giguère.

La représentation philosophique dans la Revue dominicaine (1915-1936)

La philosophie a eu un poids important dans l'histoire intellectuelle du Canada français. Comment peut-on expliquer ce poids sans que le Québec se démarque dans cette discipline? Dans son mémoire de maîtrise, Jasmin Tanguay présume l'existence au Canada français d'une hégémonie (au sens gramscien) de la philosophie sur les autres discours. Cette hypothèse permet de comprendre ce poids de la philosophie canadienne-française, non par sa spécificité mais par les usages qui en sont faits. Son identité se définit dans l'utilisation plutôt que dans son développement propre. Ce positionnement hégémonique s'observe dans la communauté dominicaine au début du XXe siècle. L'étude de Jasmin Tanguay évalue quantitativement et qualitativement le contenu philosophique de la Revue dominicaine, de 1915 à 1936, soit du début à la première réflexion importante sur l'histoire de la philosophie au Québec publiée par Hermas Bastien. Cette analyse permet de démontrer à petite échelle l'existence d'une démarche, consciente ou non, permettant aux philosophes dominicains d'exercer un contrôle sur les milieux intellectuels canadiens-français.

TANGUAY, Jasmin. La représentation de la philosophie dans la Revue dominicaine (1915-1936), Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, août 1996, f. Directeur: Yvan Cloutier.

Communications

Colloque Anne Hébert

«Perception et réception des premières oeuvres d'Anne Hébert (jusqu'en 1960)», communication présentée au Colloque Anne Hébert, Centre international d'études francophones, Université de Paris IV-Sorbonne, 29-30 mai 1996. Voir compte rendu par Réginald Martel, «Venus de partout pour Anne Hébert», La Presse, 23 juin 1996, p. B3.

Colloque de la Société bibliographique du Canada

Richard Giguère et Marc-André Goulet ont présenté, au Colloque annuel de la Société bibliographique du Canada tenu à l'Université Dalhousie (Halifax) les 10 et 11 juin 1996, deux communications qui émanent des travaux préparatoires portant sur le deuxième volume (1920-1939) de l'Histoire de l'édition littéraire au Québec.

Richard Giguère a parlé de «L'émergence des éditeurs littéraires autonomes» pendant l'entre-deux-guerres, c'est-à-dire la Librairie d'Action canadienne-française, les Éditions Albert Lévesque (1926-1937), de Louis Carrier et les Éditions du Mercure (1927-1930), des Éditions du Totem (1933-1938) d'Albert Pelletier et des Éditions du Zodiaque (1934-1942) d'Eugène Achard.

Marc-André Goulet s'est livré à une première interprétation des «statistiques de production» des décennies vingt et trente. La communication était illustrée par une quinzaine de tableaux et de figures tirés de données recueillies par Liette Bergeron, Isabelle Boisclair, Marc-André Goulet et Marie-Hélène Marcoux au cours des deux dernières années.

Colloque interuniversitaire des jeunes chercheurs en littérature québécoise

Liette Bergeron et Marie-Claude Brosseau ont toutes deux présenté une communication au 8e colloque interuniversitaire des jeunes chercheurs en littérature québécoise organisé par le CRELIQ (Université Lava l) et par le CETUQ (Université de Montréal), et tenu cette année à l'Université de Montréal les 13-14 juin 1996.

La communication de Liette Bergeron, «Penser l'édition», était consacrée au discours d'Albert Lévesque (articles, interviews, archives personnelles) sur son activité d'éditeur de 1926 à 1937. Rap pelons que Liette Bergeron est à écrire une thèse de doctorat sur l'éditeur littéraire de doctorat le plus important de l'entre-deux-guerres.

La thèse de Marie-Claude Brosseau a comme sujet les «Correspondances d'écrivaines et l'entre-deux-guerres : parcours littéraires et socio-culturels». Sa communication portait plus particulièrement sur la correspondance tenue par Jovette Bernier et Louis Dantin de 1928 à1936.

Lionel Groulx

Le roman de Lionel Groulx L'Appel de la race, paru en 1922, souleva une polémique ardente. L'Appel de la race est pour ainsi dire un livre-événement qui évoque une période trouble de la francophonie ontarienne, la querelle scolaire engendrée par le Règlement XVII; cependant, le roman se situe au coeur d'une période effervescente sur le plan littéraire, et qu'il importait d'étudier.

C'est pourquoi, après des repères biographiques fondamentaux, le deuxième chapitre aborde le best-seller de Groulx, Les Rapaillages, paru en 1916. Ce petit livre eut une influence énorme sur la conception régionaliste du littéraire, et son étude s'imposait pour cette raison même.

Le troisième chapitre est consacré à l'éditeur qui a publié L'appel de la race, à la Bibliothèque de l'Action française, au rôle qu'y a joué Lionel Groulx et à l'utilisation souvent étonnante qu'il a faite des pseudonymes, dans la revue L'Action française, pour la défense et l'illustration de son roman.

Les quatrième et cinquième chapitres étudient le roman proprement dit, mettant l'accent sur la stratégie du roman à thèse et sur sa réception très controversée.

Enfin, la conclusion s'écarte d'une approche traditionnelle: elle relance le débat en mesurant l'influence de Groulx à partir des ouvrages qui lui ont été dédicacés.

Les ouvrages qui traitent du «Groulx littéraire» sont peu nombreux. Celui-ci propose une analyse fouillée, mais dans un langage abordable, d'une période animée sur les plans politique et littéraire. Cette étude «nous renvoie au personnage réel que fut Lionel Groulx en son temps, un personnage incontournable» (Gérald Leblanc, La Presse).

HÉBERT, Pierre, en collaboration avec Marie-Pier Luneau, Lionel Groulx et L'Appel de la race, Montréal, Fides, 1996, 204 p.

Société des éditeurs canadiens de livre français

Des données sur la Société des éditeurs de livre français (SECLF) sont maintenant disponibles au GRÉLQ pour consultation sur support informatique. On retrouve sur File Maker II un inventaire des procès-verbaux et de la correspondance de 1943 à 1959.

Certaines pièces manquent au dossier mais la plus grande partie est indexée. Les éditeurs Fides, Beauchemin, l'Arbre, le Cercle du livre de France, l'Institut littéraire du Québec notamment, font l'objet de la documentation recueillie.

Les données proviennent de deux fonds : Frère Luc Lacroix du GRÉLQ; SECLF des archives de la corporation des Éditions Fides.

Don d'Anne Hébert à l'Université de Sherbrooke

La romancière et poète Anne Hébert a fait don à l'Université de Sherbrooke de manuscrits, «tapuscrits» et documents sonores rattachés à l'essentiel de son oeuvre écrite au Québec avant son établissement en France dans les années 1960. On compte parmi les précieux documents le tapuscrit annoté du premier roman d'Anne Hébert, Les Chambres de bois et son prologue inédit, de même que le manuscrit de La Mort de Stella. En tout, Madame Hébert donne à l'Université plus de 30 documents écrits et sonores originaux. Du même coup, l'Université s'engage à créer, au cours des prochains mois, un centre qui sera voué à l'étude de l'oeuvre littéraire d'Anne Hébert. Michel Gosselin, professeur, présidera le comité d'orientation du centre d'études.