INFOGRELQ 20

Édition littéraire et communautés religieuses Un siècle d'activités éditoriales

Deux mémoires récents, soutenus dans le cadre des activités de recherche sur l’édition au Québec, sont venus montrer l’importance de la production des collections littéraires édités par deux communautés religieuses au XXe siècle. Nous donnons ci-dessous un résumé de ces travaux; le mémoire de Simone Vannucci porte sur les activités éditoriales des franciscains (1890-1949) et celui de Josée Marcoux est consacré aux Éditions Paulines (1947-1995).

Éditions franciscaines

Le mémoire de Simone Vannucci1 accorde une attention particulière à l’évolution générale des entreprises franciscaines, depuis l’instauration de la première imprimerie en 1891 jusqu’au développement des presses et de la librairie dans les années 1920. On y voit comment, à la faveur de la Première Guerre mondiale, la production de l’Almanach de Saint-François, rapatriée au Québec, crée un espace éditorial spécifique où s’affirme l’autonomie de la communauté.

Simone Vannucci étudie l’histoire de l’édition franciscaine au Québec dans la première moitié du siècle. Elle commence par retracer l’itinéraire de la communauté revenue au Québec en 1890 après une absence de plus d’un siècle. Le recrutement de novices canadiens favorise son enracinement dans le milieu. La création de périodiques et la fondation de collèges constituent les bases concrètes de l’implantation.

L’auteure s’arrête au mode de production et au contenu des périodiques franciscains: L’Almanach de Saint-François, destiné au grand public et Mes Cahiers, Nos Cahiers, Cartons violés et Studium, destinés aux étudiants des collèges dirigés par la communauté. Un inventaire complet des sommaires et des relevés statistiques offrent des données objectives sur l’origine des auteurs, sur les genres publiés et sur les illustrateurs. On y voit, entre autres, augmenter le nombre d’auteurs québécois au cours des années.

Comme le montre très bien le mémoire, la littérature occupe une place centrale dans les périodiques de la communauté et dans son enseignement. La littérature, et en particulier la poésie, s’avère le véhicule par excellence de la spiritualité franciscaine. La figure charismatique de François d’Assise contribue à légitimer la pratique littéraire dans la transmission des valeurs. Les élèves et les novices qui fréquentent les collèges franciscains sont invités à la pratique de la poésie et la présence de celle-ci dans les périodiques de collèges confirme cette stratégie.

L’étude de la trajectoire poétique et éditoriale d’Alfred DesRochers, étudiant au Collège séraphique de Trois-Rivières dans les années vingt, permet d’illustrer l’impact de cette action dans le champ littéraire, c’est-à-dire en dehors du domaine strictement religieux. La démonstration ouvre des perspectives nouvelles sur l’étude des rapports entre les deux sphères.

Éditions Paulines

Josée Marcoux présente un panorama de la production éditoriale de la Société Saint-Paul dans le domaine de la littérature de jeunesse2. Le travail comprend trois grandes parties. La première relate l’histoire de l’entreprise, depuis ses origines italiennes (au début du XXe siècle) jusqu’à son implantation à Sherbrooke en 1947. La deuxième est consacrée aux années cinquante et soixante durant lesquelles la Société Saint-Paul édite et réédite des ouvrages pour la jeunesse sous le nom de l’Apostolat de la presse: durant cette période, l’activité éditoriale a été marquée par un habitus de libraire, alors que la période suivante se distingue par une stratégie de découverte et la création d’oeuvres originales.

La troisième partie s’arrête aux années soixante-dix et quatre-vingt durant lesquelles la Société Saint-Paul édite sous le nom des Éditions Paulines. Après une période de réorganisation où la communauté doit faire appel aux ressources de la maison mère (après la fermeture de son collège québécois en 1968), la production éditoriale de la Société connaît un nouveau départ. L’établissement de la maison d’édition à Montréal, la création de nouvelles collections, le recrutement d’auteurs québécois et le lancement de la revue Vidéo-Presse (1971-1995) coïncident avec l’essor d’une production pour la jeunesse qui culmine dans les années 1970. Sans abandonner la littérature pour les jeunes, l’entreprise, dans les années 1980, se tourne vers le livre religieux et l’essai en sciences humaines. Au terme de ce parcours, l’auteur présente un bilan des 50 années d’activités éditoriales dans un chapitre qui constitue la synthèse de l’ouvrage.

Dans ce travail, les données historiques et statistiques sont mises au service d’une analyse de la production et du contenu des collections. L’histoire de l’entreprise, la trajectoire intellectuelle des fondateurs et des directeurs permettent de cerner cet espace éditorial et de comprendre les étapes de son évolution. Les caractéristiques du catalogue s’en trouvent ainsi éclairées. L’analyse des déclarations publiques de l’éditeur, largement exploitées, soulignent les intentions et les choix de l’éditeur.

Josée Marcoux examine aussi les relations avec les auteurs. Le rôle déterminant d’un directeur de collection, comme Daniel Sernine, est ici mis en valeur. Le directeur de la collection «Jeunesse-pop» (100 titres) n’est pas seulement celui qui choisit les textes, il est aussi celui qui oriente les contenus et les adapte à des conceptions esthétiques pré-établies. La notoriété des écrivains jouent un rôle dans la reconnaissance de la maison auprès des lecteurs et du grand public. Le mémoire souligne l’importance de cette relation dans l’implantation sociale de l’éditeur. Enfin, l’étude de la revue Vidéo-Presse donne un aperçu de la fonction stratégique du périodique dans le développement d’une littérature pour la jeunesse.

1 Simone VANNUCCI, , «L’édition franciscaine au Québec et son influence sur la création littéraire», mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, 2 mai 1997, 252 f. Directeurs: Yvan Cloutier et Richard Giguère.
2 Josée MARCOUX, , «De l’Apostolat de la presse aux Éditions Paulines: l’activité éditoriale de la Société Saint-Paul en littérature de jeunesse au Québec (1947-1995)», mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, 18 avril 1997, 288 f. Directeurs: Yvan Cloutier et Richard Giguère.

Bibliographie des études québécoises sur l'imprimé (1990-1993)

Le site Web de la Bibliothèque nationale du Québec a hébergé temporairement les 750 notices de la base de données bibliographiques du deuxième supplément de l’AQÉI (Association québécoise pour l’étude de l’imprimé). Établi sous la responsabilité de Patrick Cossette, le nouveau supplément couvre les années 1990 à 1993. On pourra bientôt y accéder directement par le site du GRÉLQ www.callisto.si.usherb.ca/~grelq.

La Bibliographie des études québécoises sur l’imprimé, 1970-1987, compilé par le comité de bibliographie de l’AQÉI, Montréal, BNQ, 1991, 124 p. et le Premier supplément, 1988-1989, 74 p. sont encore disponibles à la Section de l’édition de la Bibliothèque nationale du Québec, 2275, rue Holt, Montréal, Québec, H2G 3H1 (1-800-363-9028; carte de crédit Mastercard acceptée).

Histoire de l'imprimé au XXe siècle

Le texte de Jacques Michon intitulé «Histoire de l’imprimé au XXe siècle: le livre», présenté comme document de travail («Background Paper») au dernier congrès de la Société bibliographique du Canada consacré à la préparation d’un avant-projet pour une «Histoire de l’imprimé au Canada» (Ottawa, juin 1997), est maintenant disponible sur Internet. Il peut être téléchargé à partir du site Web du GRÉLQ, section «Archives», à l’adresse URL suivante: callisto.si.usherb.ca/~grelq/rech.html.

L'édition littéraire au Québec au XXe siècle

Les travaux des étudiants inscrits au cours de Jacques Michon, «L’édition littéraire au Québec au XXe siècle» (LIT 550 - session d’hiver 1997), sont maintenant disponibles au centre de documentation du GRÉLQ. On y trouvera des études sur les Éditions Parti pris, Chouette, Boréal, Leméac, Triptyque, Éditeq, Liber, la Pleine Lune, L'Instant même, Les Intouchables, les Éditions du Jour, Guernica, Le Noroît, Les Écrits des Forges, les Éditions d’Acadie, Libre Expression et La Courte échelle.

Microprogramme en édition littéraire

À compter de septembre prochain, le Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke offre un microprogramme de cinq cours en édition littéraire:

  • LIT 100 - Introduction aux études littéraires
  • LIT 180 - Sociologie de la littérature
  • LIT 550 - Édition littéraire au Québec
  • LIT 494 - Littérature de jeunesse
  • LIT 495 - Revues littéraires et culturelles

Le microprogramme porte sur le phénomène de l'édition, et notamment sur la production, la diffusion et la réception des textes. Il donne l'occasion, à toutes les personnes intéressées par la communication écrite, de comprendre les mécanismes de l'appareil éditorial et d'évaluer les enjeux intellectuels et sociaux présents dans la sélection et dans la transformation du manuscrit en livre.

L'avenir de la librairie (Rapport)

Le CÉLIC (Centre d'études du livre contemporain de l'Université de Liège), dirigé par Pascal Durand et Yves Winkin, a fait paraître sous forme de volume le rapport de trois journées de formation pour libraires organisées en collaboration avec la Direction Générale de la Culture de la Communauté française de Belgique et l'Association des Libraires francophones de Belgique.

En voici le sommaire: Gérer l'ambivalence de la librairie: perspectives historiques (Durand & Winkin); Libraire: un métier à tâches multiples (Goffe); Rôle et promotion des lettres belges (Jean-Luc Outers); La librairie, quel relais pour l'éditeur (Versaille); Les chiffres au service du livre (Lemahieu); Approche socio-historique de la distribution: le cas Hachette (Durand & Winkin); La distribution dans le marketing du livre (Laduron); Rapport du libraire avec les collectivités (Thierry Haumont); Les différents outils d'information du libraire: Electre, les éditeurs, la presse (Jean-Jacques Schellens); Discussion autour de la problématique du prix unique du livre (A. Berenboom); Témoignage sur l'avenir de la librairie (Causse); Réflexions sur le développement de la librairie de qualité (L. Beeckman).

Ce rapport peut être obtenu en s'adressant à France Lefèbvre: 011 32 (4) 254 12 25.

Source: Pascal Durand, Université de Liège

Publications

Les actes du 13e colloque international de bibliologie et du 2e colloque bilatéral algéro-français (Paris, octobre 1995), consacré aux Nouvelles technologies, modèles sociaux et sciences de l’écrit, viennent de paraître chez Delagrave et SBS Édition (1996, 368 p.). On y trouvera, entre autres, les textes des communications de quatre chercheurs de notre équipe: Yvan CLOUTIER, «Quand dire "censurer" c’est trop dire» (p. 102-112); Pierre HÉBERT, «"Quand y a-t-il censure?" Réflexions sur un modèle de fonctionnement» (p. 184-199); Jacques MICHON, «Traduction, édition et transfert culturel» (p. 263-270) et Suzanne POULIOT, «Manifestations illustrées de la lecture» (p. 280-293). Un rapport de synthèse du colloque est également signé par Jacques MICHON, ex-président de l’AIB (p. 359-366). Le dernier numéro du Bulletin d’informations internationales de bibliologie, no 23 (2e trimestre 1997), vient de paraître. Il est expédié à tous les membres de l’AIB avec la présente livraison de l’INFOGRÉLQ.

Paul AUBIN lançait en juin deux nouveaux ouvrages sur les manuels scolaires au Québec dans la collection des «Cahiers du GRÉLQ», publiés aux Éditions Ex Libris: Les manuels scolaires dans la correspondance du Département de l’instruction publique, 1842-1899 et Le manuel scolaire dans l’historiographie québécoise. Le premier ouvrage (Cahier no 4) dresse un inventaire complet des 150 000 lettres qui font partie de la correspondance du Département de l’instruction publique avec les auteurs et les éditeurs de manuels. Le second (Cahier no 5) fait un bilan critique des livres, articles, mémoires et thèses consacrés, en totalité ou en partie, à l’étude des manuels au Québec. On trouvera ci-joint un feuillet descriptif de ces deux titres avec un bon de commande.

Premier colloque étudiant

Département des lettres et communications
Université de Sherbrooke

De l’usage du nom: le nom d’auteur, de la substitution à la mystification
29 au 31 octobre 1997

Programme provisoire

29 octobre

Conférence d’ouverture et cocktail d’accueil

30 octobre

Bloc Acadie/Québec

9 h 00L’anonymat dans la presse acadienne à la fin du XIXe siècle, Bernard Haché, U. de Moncton
9 h 40Les multiples visages d’Hermine Lanctot, Simone Pilon, U. Laval
10 h 20Pause
10 h 40Des Six éponges aux Casoars. L’usage du pseudonyme comme stratégie de différenciation et symbole d’appartenance au sein d’associations littéraires entre 1890 et 1920, Pascal Gemme, U. de Sherbrooke
11 h 20La pseudonymie dans l’oeuvre d’Étienne Blanchard, Geneviève Prévost, U. René-Descartes Paris-V
12 h 00Dîner
13 h 30Le pseudonymat comme stratégie éditoriale dans la collection «Le Roman canadien» , Marc-André Goulet, U. de Sherbrooke
14 h 10La signature dans l’Almanach de Saint-François: une question de modestie?, Simone Vannucci, U. de Sherbrooke
14 h 50Francharme, pseudonyme de Pierre Tisseyre, Aïni Si Mohand, U. de Sherbrooke
15 h 50Table ronde
18 h 00Banquet et soirée

31 octobre

Bloc théorique

9 h 00Le faux pour dire le vrai. Le pseudonyme comme processus d’authentification, Francis Lagacé, U. de Sherbrooke
9 h 40Le pseudo-persil et la révolution du nom d’auteur, Patrick Lafontaine, U. McGill
10 h 20Pause
10 h 40Kristeva: étrangère à elle-même, Jocelyn Girard, UQAC
11 h 20Plagiat par anticipation, origine et originalité, Natali Leduc, U. d’Ottawa
12 h 00Dîner Bloc France/Europe
13 h 30Gérard de Nerval: le nom comme incipit dans le bricolage de l’identité, ou la recon-naissance du sujet dans l’acte discursif, Angelo Constantino, U. Toronto
14 h 10Anagrammes et jeux textuels: le nom du Butor, Nicolas Simard, UQAM
14 h 50La Nécessité de l’hétéronymie: Pessoa et Giono, Francis P. Denon, U. Laval
15 h 30Mot de clôture

Vous pouvez nous rejoindre à l’adresse suivante:
Marie-Pier Luneau,
Premier colloque étudiant,
GRÉLQ, Facultédes lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke, Québec, Canada, J1K 2R1
Tél.: 819.358.5671
Adresse électronique: 92728071@callisto.si.usherb.ca

Thèses et mémoires sur l'édition(1981-1997)

On trouvera ci-dessous une liste de toutes les thèses de doctorat et mémoires de maîtrise qui ont été réalisés, depuis 1981 dans le cadre des activités du GRÉLQ.

DOCTORATS

  • BERNIER, Silvie,«Le discours parallèle: le livre illustré dans le corpus littéraire québécois au XXe siècle», sous la direction de Jacques Michon, 11 avril 1988, 389 p. (index). Publié sous le titre de Du texte à l’image. Le livre illustré au Québec dans la collection «Vie des lettres québécoises», Les Presses de l’Université Laval, 1990, 335 p.
  • FAURE, Sylvie, «Les éditions Leméac (1957-1988), une illustration du rapport entre l’état et l’édition», sous la direction de Richard Giguère, 12 juin 1992, 366 p., «Catalogue Leméac», 195 p.
  • LANDRY, François, «La Librairie Beauchemin, 1842-1940: genèse de la fonction éditoriale et nationalisation de la culture écrite», sous la direction de Jacques Michon, 15 décembre 1995, 626 p.
  • PARENT, Mario, «L’auto-édition du roman et de la poésie au Québec au XXe siècle», sous la direction de Jacques Michon, 22 août 1995, 634 p.
  • POULIN, Manon, «Eugène Achard, éditeur. L’émergence d’une édition pour la jeunesse», sous la direction de Richard Giguère, 26 mai 1994, 480 p.

MAîTRISES

  • BAI, Vreza Christian, «L'édition littéraire dans deux pays d'Afrique francophone sub-saharienne: le Cameroun et le Sénégal», sous la direction de Jacques Michon, 1994, 140 p.
  • BERGERON, Liette, «Les Éditions du Totem (1933-1938) et la revue Les idées (1935-1939): une mission à accomplir», sous la direction de Richard Giguère, 1992, 213 p.
  • BERNIER, Silvie, «Prix littéraires et champs du pouvoir : le prix David, 1923-1970», sous la direction de Jacques Michon, 28 octobre 1983, 166 p.
  • BOISCLAIR, Isabelle, «L'éditon féministe au Québec, 1975-1990: les Éditions de la Pleine Lune et les Éditions du Remue-Ménage», sous la direction de Richard Giguère, 10 novembre 1994, 329 p.
  • BROSSEAU, Marie-Claude, «L’émergence d’une écriture féminine au Québec. Les débuts littéraires d’Alice Lemieux, Simone Routier et Éva Senécal à travers leur correspondance avec Alfred DesRochers (1927-1932)», sous la direction de Richard Giguère 1994, 177 p.
  • FERLAND, Thérèse, «Le prix du Cercle du Livre de France de 1949 à 1959», sous la direction de Jacques Michon, 17 juin 1983, 192 p.
  • FONTAINE, Marcelle, «Structures thématiques et idéologies de quelques best-sellers», sous la direction de Jacques Michon, 28 juin 1985, 184 p.
  • GAUDREAU, Liette, «Les romancières québécoises et l’institution littéraire, 1960-1969», sous la direction de Richard Giguère, 12 mars 1985, 179 p.
  • GOULET, Marc-André, «Les Herbes rouges: du singulier au pluriel (1968-1993)», sous la direction de Richard Giguère, 6 octobre1995, 319 p.
  • LAFRANCE, Hélène, «Yves Thériault ou la transgression des codes de l’institution littéraire québécoise», sous la direction de Richard Giguère, 27 octobre 1983. Prix de l’IQRC publié en 1984, 220 p.
  • LAROCHELLE, Guy, «Trois revues littéraires de 1943-1946: La Nouvelle relève, Gant du ciel et Amérique française», sous la direction de Jacques Michon, 1991, 220 p.
  • LEMIEUX, Bruno, «Le roman pour adolescent au Québec: édition normative et stratégies de mise en marché. Étude des collections de Québec/Amérique, Boréal et la Courte échelle, 1986-1991», sous la direction de Richard Giguère, 13 mai 1994, 228 p.
  • LUNEAU, Marie-Pier, «Les Lionel Groulx. La pseudonymie comme stratégie littéraire et jeu institutionnel, 1900-1966», sous la direction de Pierre Hébert, 20 novembre 1996, 185 p.
  • MARCOUX, Josée, «De l’Apostolat de la presse aux éditions Paulines: l’activité éditoriale de la Société Saint-Paul en littérature de jeunesse au Québec (1947-1995)», sous la direction de Yvan Cloutier et Richard Giguère, 18 avril 1997, 288 p.
  • MARCOUX, Marie-Hélène, «Des “premiers chants” à la création d’une tradition», sous la direction de Richard Giguère, mars 1996, 235 p.
  • PARENT, Mario, «L’auto-édition: illusions et réalités», sous la direction de Jacques Michon, 16 juillet 1988, 336 p. (index).
  • POULIN, Manon, «Éditer pour la jeunesse. Études des maisons québécoises la Courte échelle et Ovale», sous la direction de Richard Giguère, 2 mai 1990, 221 p.
  • SALAÜN, Élise, «La chair triomphante: discours religieux, juridique et critique sur l’érotisme dans le roman au Québec (1949-1969)», sous la direction de Pierre Hébert, décembre 1995, 197 p.
  • TANGUAY, Jasmin, «La représentation de la philosophie dans la Revue dominicaine (1915-1936)», sous la direction de Yvan Cloutier, août 1996, 180 p.
  • VANNUCCI, Simone, «L’édition franciscaine au Québec et la création littéraire. Le cas Alfred DesRochers», sous la direction de Yvan Cloutier et Richard Giguère, 2 mai 1997, 249 p.
  • VINCENT, Josée, «Les pouvoirs publics et la diffusion du livre québécois en France: 1959-1985», sous la direction de Jacques Michon, 23 janvier 1993, 238 p.
  • YERGEAU, Robert, «Courants poétiques d'avant-garde dans le champ littéraire québécois (1965-1980)», sous la direction de Robert Giroux, 15 juin 1981, 128 p.

Communications

Censure

Ce printemps, Pierre HÉBERT a présenté quatre communications sur la censure. La première, en collaboration avec Marie-Pier LUNEAU, portait sur «L’écrivain conscrit. La Seconde Guerre mondiale, la censure et la position de trois écrivains québécois», (Colloque sur «L’inscription sociale de l’intellectuel», Trois-Rivières, 5 au 7 mars 1997); la deuxième, le 25 mars, à Swansea (Angleterre), était intitulée «Censure et littérature au Québec: bilan et prospectives», (British Association of Canadian Studies); la troisième était consacrée au journal «Le Devoir et la censure, 1920-1960», dans le cadre de la journée scientifique du 11 mai de l’Association québécoise pour l’imprimé (AQÉI) à l’Université de Sherbrooke. Enfin, la quatrième, le 24 mai 1997, a été présentée à la Société bibliographique du Canada à Ottawa, elle était intitulée «Une histoire de l’imprimé sans une histoire de la censure: une mission impossible ?».

Littérature pour la jeunesse

Dans le cadre du 65e congrès de l’ACFAS qui a eu lieu du 12 au 16 mai à l’Université du Québec à Trois-Rivières, Noëlle SORIN a présenté «Le discours éditorial sur la lecture des jeunes: les Éditions Variétés (1940-1951)».

Suzanne POULIOT a présenté une communication sur «Le rôle des maisons d’édition québécoises dans la constitution d’un canon canadien», devant les membres de l’Association des littératures canadiennes et québécoise (ALCQ), lors de la Conférence annuelle des Sociétés savantes, qui a eu lieu à l’Université Memorial à St-John (Terre-Neuve) du 31 mai au 2 juin.

Mise en marché du livre À l’occasion du même colloque à St-John, Josée VINCENT a présenté une communication intitulée «La mise en marché du livre québécois en France, de 1967 à 1976». Lors de la journée scientifique du 11 mai de l’Association québécoise pour l’imprimé (AQÉI), Josée VINCENT a donné une communication sur le Conseil supérieur du livre.

Édition en poésie

Le 24 avril, Richard GIGUÈRE a donné une communication intitulée «Poètes, revues et édition littéraire de langue anglaise et de langue française à Montréal, 1925-1955», au Colloque «Le Québec anglais: littérature et culture» organisé par le Centre d’études québécoises (CÉTUQ) et par le Département d’études anglaises de l’Université de Montréal.

INFOGRÉLQ est publié par le Groupe de recherche sur l'édition littéraire au Québec (1982).
Dépôt légal - 3e trimestre 1997 - bibliothèque nationale du Québec et du Canada ISSN 1188-4797

Direction : Jacques Michon
Coordination : Lynda Giroux
Infographie : Luc Saint-Jacques

Lettres et communications,
Université de Sherbrooke,
Sherbrooke, Québec, J1K 2R1
Téléphone : (819) 821-7696
Télécopieur : (819) 821 7285
Courrier électronique : grelq@courrier.usherb.ca