Biosécurité

Une substance posant un « risque biologique » peut être définie comme tout tissu (ex. : échantillon de patient, liquide biologique, etc.), microorganisme (ex. : cellules eucaryotes, virus, bactéries, etc.), acide nucléique (ex. : ADN, ARN, peu importe la forme linéaire, circulaire, double brin ou simple brin) ou protéine (ex. : toxine, prion, etc.) pouvant constituer un danger pour la santé des humains, des animaux ou des végétaux. 

Ces substances peuvent être pathogènes en elles-mêmes ou contenir potentiellement de tels agents pathogènes. Elles peuvent être obtenues de sources « naturelles », être génétiquement modifiées ou bien complètement synthétiques.  Qu’elles soient obtenues commercialement ou non, ces substances doivent être manipulées selon le confinement biologique déterminé lors d’une analyse du risque effectuée sur place, spécifiquement pour les activités prévues impliquant les dites substances. 

La sécurité biologique (ou biosécurité; Biological safety en anglais) se définit donc comme l'ensemble des moyens physiques et opérationnels mis en place pour protéger les individus, l'environnement et même dans une certaine mesure les expériences elles-mêmes, contre les risques biologiques. 

La sûreté biologique (Biosecurity en anglais) vise plutôt à prévenir l'utilisation malveillante des substances posant des risques biologiques (ex. : vols, terrorisme, etc.)

Il est à noter que les rayonnements et les agents cytotoxiques ne constituent pas des risques biologiques en tant que tels. Ils font toutefois l’objet d’autres règlementations.