Aller au contenu

Biodétection de Legionella pneumophila par biocapteur à photocorrosion digitale à base de peptide antimicrobien

Date :
Cet événement est passé.
Type :
Soutenance de thèse
Lieu :
Local P2-1002 de l'Institut interdisciplinaire d'innovation technologiques (3IT) et via Teams
(lien Teams disponible à etudsup2.genie@usherbrooke.ca)

Description :
Doctorant: Mohammed Amirul Islam

Directeur de recherche : Jan J. Dubowski

Codirecteur de recherche: Azam F. Tayabali

Président du jury: À être confirmé

Résumé: La détection de Legionella pneumophila par des biocapteurs pourrait potentiellement être une approche attractive pour l’obtention de résultats rapides et fiables. Le projet décrit dans ce document vise une détection rapide de la légionnelle présente à faible concentration dans des échantillons d’eaux provenant de diverses sources. Le biocapteur utilisé est à base de nanohétérostructure de GaAs/AlGaAs fonctionnalisées par une architecture novatrice mettant en œuvre des peptides antimicrobiens (PAM). Avec une première architecture impliquant des monocouches autoassemblées d’acide mercaptohexadécanoique à terminaison −COOH, le biocapteur à photocorrosion digitale (DIP) proposé a permis la détection de Legionella pneumophila à une limite de 103 UFC/mL. L’usage de la warnericin RK PAM modifiée par de la cystéine a prouvé l’importance d’avoir une courte distance (~2 nm) entre la bactérie et la surface de biocapteur permettant de promouvoir le transfert de charge et assurant la détection de la légionnelle à une concentration de 2 x 102 UFC/mL. Finalement, j’ai exploré l’usage d’une architecture en sandwich comprenant la warnericin RK PAM modifiée par de la cystéine et un anticorps polyclonal en vue de rendre le biocapteur à DIP hautement spécifique et sensible. L’investigation de cette architecture en sandwich a démontré la capacité de biocapteur de distinguer le sérogroupe 1 du 5 de Legionella pneumophila avec une sensibilité de détection atteignant 50 UFC/mL. L’architecture de fonctionnalisation proposée représente une approche prometteuse pour le développement de biocapteurs hautement sensibles et à faible coût pour une détection rapide de L. pneumophila ou d’autres bactéries.